BFM Business

La Chine clone un petit chien star, et bientôt d’autres animaux en masse

La Sooam Biotech Research Foundation s'est spécialisée dans le clonage d'animaux de compagnie.

La Sooam Biotech Research Foundation s'est spécialisée dans le clonage d'animaux de compagnie. - SooamBRF

Un géant chinois des biotechs construit la plus grande "usine de clonage" du monde à Tianjin. Pour y cloner les animaux de compagnie, ou fournir de la matière première aux industries alimentaire et pharmaceutique.

La Chine vient de cloner un petit chien, et pas n’importe lequel. Il s’agit du "Lassie" local. Le toutou s’appelle Juice et il est une véritable star dans le pays: il joue dans de nombreux films de cinéma et rapporte plusieurs centaines de milliers d’euros à chaque blockbuster.

Comme il a presque dix ans, son maître réfléchit à la relève. Le problème, c'est que Juice a été stérilisé. Du coup, son maître l’a fait cloner. Le double de Juice vient de naître et s’appelle Little Juice.

100.000 euros pour cloner son chien

Derrière cette anecdote apparaît en creux les ambitions folles de la Chine en matière de clonage. Car si le clonage du tout premier mammifère a été réalisé en Europe -la brebis Dolly en Irlande en 1996- c’est aujourd’hui l’Asie qui est en pointe sur ce sujet.

Plus précisément la Chine et la Corée. Depuis 2006, une start-up coréenne, Sooam Biotech Foundation, fait un carton en clonant les animaux de compagnie des particuliers. De riches propriétaires qui viennent de perdre leur toutou et qui veulent le même.

Le prix exorbitant, de 100.000 euros par animal cloné, ne les dissuade pas : l’entreprise a reproduit à l'identique près d’un millier de chiens en dix ans, pour des princes, des célébrités, des milliardaires, et même des forces de sécurité qui veulent des répliques des meilleurs chiens secouristes ou renifleurs.

NYPD
NYPD © NYPD

Par exemple Trakr, un chien secouriste qui a retrouvé le dernier survivant du World Trade Center en 2001, a été cloné en cinq exemplaires. Gratuitement en l’occurrence, puisqu’il a remporté le concours qu’organise Sooam chaque année, une compétition pour désigner l’animal qui mérite le plus d’avoir un double, et dont le gagnant obtient un clonage gratuit.

Des clones pour les laboratoires

Désormais, la Chine et la Corée veulent aller bien plus loin. La start-up coréenne s’est associée avec un géant chinois des biotechnologies pour construire la plus grosse "usine à clonage du monde". Le chantier a démarré en 2016 à Tianjin en Chine.

Ils projettent d’y cloner en masse toutes sortes d’animaux. Des bovins, des singes, des chevaux de courses, à échelle industrielle. Ils veulent atteindre le million de vaches clonées par an, notamment pour fournir l’industrie alimentaire qui ne parvient pas à satisfaire la demande grandissante de viande (rassurez-vous, ces steaks n’arriveront pas dans nos assiettes, la consommation d’animaux clonés est interdite en France depuis 2009).

D’autres spécimens clonés, eux, seront génétiquement profilés pour développer des maladies humaines comme Alzheimer. Ils passeront leur vie dans des laboratoires à servir de cobayes.

Dernier objectif, sur lequel préfèrent insister les deux entreprises: elles vont pouvoir cloner des espèces en voie de disparition pour les préserver.

Nina Godart