BFM Business

Coronavirus: les meilleures solutions pour payer sans contact

En France, près de 70 % des transactions de proximité se font en espèces.

En France, près de 70 % des transactions de proximité se font en espèces. - Pixabay/ tomekwalecki

Ultime "geste barrière" contre le coronavirus, le paiement sans contact est préconisé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il se concrétise néanmoins dans un nombre très limité de solutions.

Il est recommandé par l'OMS pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus. Le paiement sans contact fait office de geste barrière contre l'épidémie, les risques de contamination par l’échange de pièces de monnaie et billets étant faibles, mais pas nuls.

Ce mercredi, l'Autorité bancaire européenne (EBA) a ainsi lancé un appel mercredi à destination des autorités nationales en charge des systèmes de paiement, dans chacun des 29 pays européens, pour passer une étape sur les rails depuis 2017: faciliter le paiement sans contact et relever le plafond de chaque paiement à 50 euros, contre 30 euros en France actuellement.

Le hic: le groupement en charge des cartes bancaires en France entend rehausser le plafond maximum de paiement sans contact pour le faire passer à 50 euros, mais seulement après la crise sanitaire. Le tout pour s'épargner des contraintes réglementaires ainsi que des risques de dysfonctionnements. 

Par quels autres moyens que la simple carte bancaire passer pour réaliser des paiements sans contact? Les solutions sont bien connues. Celle d'Apple, Apple Pay, fonctionne essentiellement sur iPhone et est désormais compatible avec la majorité des banques françaises. Elle permet de payer dans les points de vente équipés de terminaux fonctionnant initialement avec les cartes bancaires sans contact. Les paiements peuvent en l'occurrence dépasser les 30 euros, du fait de la sécurisation biométrique des iPhone par reconnaissance d’empreintes digitales ou Face ID (reconnaissance faciale).

La solution de Google, Google Pay, fonctionne sur un principe similaire, mais se décline cette fois-ci aux seuls smartphones Android, le système d’exploitation mobile de Google. Son application de paiement comporte une carte de crédit en version virtuelle, qui peut servir pour un paiement sans contact, grâce à sa puce NFC.

Autre distinction par rapport à Apple Pay: il n’est pas nécessaire de déverrouiller son smartphone pour effectuer un paiement inférieur à 30 euros. Approcher son smartphone d'un terminal sans contact suffit. Ce qui implique une déconvenue: un smartphone volé pourra être utilisé pour effectuer des paiements, tant que leur montant ne dépasse pas la limite des 30 euros. Au-delà, il faudra le déverrouiller.

Autre moyen de paiement sans contact, français cette fois-ci: Paylib, qui s’avère compatible avec le paiement sans contact en boutique depuis la fin 2016. Cette solution fonctionne partout dans le monde, mais uniquement sur Android. Elle peut également être utilisée pour échanger de l’argent entre amis ou avec ses proches.

Reste une question: quid de la fraude ? En France, celle liée aux paiements sans contact serait extrêmement faible. En 2017, l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement relevait dans son rapport annuel que le taux de fraude se situe à 0,02%. En comparaison, les paiements à distance se situent à 0,161%. Le chiffre est même plus faible que celui de la fraude aux retraits des distributeurs (0,027 %).

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech