BFM Business

Arnaque aux cryptomonnaies: 31 millions d'euros dérobés à des Français

-

- - Sous licence Creative Commons CC0

L'Autorité des marchés financiers (AMF) s'inquiète de l'augmentation du nombre d'arnaques à l'investissement en cryptomonnaies. Depuis le début de l’année, 31 millions d'euros ont été dérobés à plus de 700 épargnants.

Des épargnes de toute une vie y sont passées. L'Autorité des marchés financiers (AMF) alerte sur la montagne d’arnaques qui ruinent des épargnants français avec des faux sites internet proposant des investissements dans des cryptomonnaies. La plus connue est le bitcoin. Selon l’AMF, chargée de veiller à la protection de l’épargne investie en produits financiers, depuis le début de l’année, 31 millions d’euros ont été dérobés à plus de 700 épargnants, révèle Le Parisien.

"Le bitcoin est très complexe à appréhender, très technique. Les épargnants ne comprennent pas forcément ce qui se passe mais se disent simplement: 'cette fois, je ne laisse pas passer la bonne occasion de gagner de l’argent'", explique au Parisien Me Hélène Féron-Poloni, avocate spécialiste des questions de patrimoine.

Plus de 200 sites frauduleux 

Les professionnels du secteur tirent la sonnette d'alarme. "C’est un fléau, nous avons repéré plus de 200 sites Internet frauduleux", confie au Parisien Brian O'Hagan, directeur marketing de Coinhouse (anciennement la Maison du bitcoin), un agent de change fiable de cryptomonnaies.

"En Belgique, le gouvernement table déjà sur une fraude dépassant les 100 millions d’euros! Alors, en France, pays comptant cinq fois plus d’habitants, on peut craindre que cela cause plusieurs centaines de millions d’euros de dégâts", conclut-il.

En apparence, les sites ont l’air très professionnels. Ce qui explique nombre élevé d'arnaques. L'utilisateur fournit son numéro de téléphone au site. Il se fait ensuite contacter par un opérateur qui l’incite à placer son argent sur sa plateforme. Mais évidemment, il n’y a rien à la clé. La prudence est donc de mise et mieux vaut se tourner vers des plateformes fiables pour investir. 

Pauline Dumonteil