BFM Immo

Quel est l'impact sur le prix d'un bien immobilier d'être près d'un bar ou d'une boîte de nuit?

Pour certains, vivre à proximité d'un bar est un désavantage.

Pour certains, vivre à proximité d'un bar est un désavantage. - Ludovic Marin - AFP

Si acheter un appartement proche d'une boite de nuit est immédiatement synonyme de décote, un bar, en revanche, peut être un plus.

Un vrai plus pour certains, une catastrophe pour d'autres. Vivre à côté d'un établissement nocturne divise les voisins et génère souvent des désaccords au sein des copropriétés. Si pour les boites de nuit, les Parisiens sont unanimes, pour les bars ils n'ont pas forcément le même point de vue. Ainsi, une étude de Liberkeys, une agence immobilière en ligne, montre qu'un bien parisien perd en moyenne 3,5% de sa valeur lorsqu'il se trouve au-dessus d'une boite de nuit. Certains voisins risquent de grincer des dents ce 9 juillet, date à laquelle les clubs, discothèques et boîtes de nuit parisiennes pourront rouvrir. Un an et demi s'est passé depuis leur fermeture officielle, en mars 2020.

>> Estimez le prix de votre bien immobilier avec notre simulateur gratuit

En revanche, vivre à proximité d'un bar à Paris engendre moins de décote. "Au global, le bien va être très légèrement sous-estimé lorsqu’il se trouve à moins de 50 mètres d’un bar, de l'ordre de 0,7%. Dans de nombreux quartiers, la présence d’un bar est aussi positive", précise Liberkeys. Dans les 4 premiers arrondissements, vivre à moins de 50 mètres d’un bar influence négativement la valeur d’un bien, qui voit son prix diminuer de 3,1% en moyenne. "Dans ces quartiers, près de 60% des biens se situent à proximité d’un bar, ce qui valorise et augmente la valeur des biens plus isolés et dont la distance qui les séparent d’un bar est en moyenne de 85 mètres", explique l'agence.

Des hausses et des baisses limitées

Pour les 7ème et 16ème arrondissements, la distance moyenne entre un bar et un bien est de 350 mètres et une nouvelle fois, la forte proximité d’un bar dans ces quartiers dévalorise la valeur d’un bien à hauteur de 6%. Dans le 5ème, 6ème, 8ème, 9ème et 20ème, la présence d'un bar fait perdre entre 1 et 3%.

En revanche, dans les arrondissements plus étendus en superficie, du 12ème au 14ème, c’est tout le contraire. Le fait d’être proche d’un bar caractérise le quartier et permet d’augmenter en moyenne de 3,7% la valeur d’un appartement situé à moins de 50 mètres de ce type d'établissement. Au Parisien, Liberkeys précise que la présence d'un bar un aussi un bonus dans le 13ème (+6%) et le 10ème (+2%). La hausse se limite à 1% dans le 11ème, le 15ème, le 18ème et le 19ème.

Diane Lacaze