BFM Immo

Paris n'est plus, pour l'instant, la locomotive du marché immobilier en Ile-de-France

La reprise des ventes est moins forte dans la capitale que dans le reste du pays et même de la région parisienne. Cela se ressent aussi sur l'évolution des prix.

Le grand enseignement immobilier de cette crise sanitaire, c'est bien une attractivité de la capitale en berne. En Ile-de-France, le nombre de ventes a progressé de 20% sur un an au deuxième trimestre, selon les derniers chiffres des notaires du Grand Paris. Mais la comparaison a peu de sens car le marché était à l'arrêt avec le premier confinement. D'ailleurs, les ventes sont encore en-dessous (-3%) du deuxième trimestre 2019, même si l'année précédant la crise sanitaire était la "meilleure année au total de nos séries historiques qui remontent jusqu’en 1996", soulignent les notaires.

C'est toutefois la comparaison avec le reste de la France qui est frappante. Les notaires montrent que sur 12 mois (de juillet 2020 à juin 2021), les ventes sont quasi stables dans la région Ile-de-France, avec une progression de 1% par rapport à la même période un an plus tôt (autrement dit de juillet 2019 à juin 2020). Pourtant en parallele, les ventes ont progressé de 17% sur l'ensemble de la France.

Si le marché reste tout de même très dynamique en Ile-de-France, là encore c'est surtout vrai quand on s'éloigne de Paris. C'est en grande couronne que le marché régional est le plus actif. Les ventes d'appartements sont 29% plus élevées que la moyenne constatée ces 10 dernières années. Le nombre de ventes de maisons y est aussi en progression de 17%.

Cette poussée est plus modérée dans Paris (+6% de ventes par rapport à la moyenne des dix dernières années) et en petite couronne (+9% pour les appartements).

Des prix qui repartent à la hausse à Paris

Côté prix, les notaires constatent toujours un léger recul dans la capitale. Mais attention, cette baisse a tendance à ralentir, avec un recul de 0.2% au deuxième trimestre sur un an seulement. Le mètre carré s'affiche ainsi à 10.650 euros. C'est certes encore plus de 200 euros de moins que le point haut qu'on avait atteint en novembre 2020. mais c'est un petit peu plus qu'en mai dernier où on était redescendu à 10.600 euros. Les notaires estiment néanmoins que les prix sont en train de repartir à la hausse à Paris. Au regard de leurs avant-contrats, ils tablent sur 10.770 euros en octobre.

Là aussi, les prix flambent davantage à distance de la capitale. Le tarif au m2 des maisons a ainsi augmenté de 5,1% dans la région sur un an au deuxième trimestre. Un rythme moins élevé qu'aux deux trimestres précédents (+6,8% sur un an au quatrième trimestre 2020 et +7,3% au premier trimestre 2021). "Mais dès l’automne, la hausse annuelle des prix pourrait de nouveau s’accentuer (7% en octobre 2021)", prévoient les notaires.

Globalement, les prix se renchérissent de 2,1% sur l'ensemble de l'Ile-de-France sur un an (toujours au deuxième trimestre), avec un mètre carré à 6.710 euros. "En un an, le prix des appartements a augmenté d’environ 4% en petite comme en grande couronne au 2e trimestre 2021. La hausse annuelle des prix s’accentuerait à l’horizon d’octobre en grande couronne (+5,9%) et ralentirait encore en petite couronne (+3,3%)", ajoutent également les notaires.

Marie Coeurderoy