BFM Immo

Location : Entre hausse des loyers et baisse d'activité

En moyenne, les loyers sont de 12,8 €/m²

En moyenne, les loyers sont de 12,8 €/m² - dr

Depuis le début de l'année, les loyers ont progressé de 1,1 % sur un an, pour une inflation de 0,7 %. Au-delà des disparités entre les territoires, l'observatoire Clameur pointe la faiblesse de l'activité du secteur : les locataires n'ont jamais aussi peu déménagé que cette année.

La croissance des loyers s’est accélérée durant le printemps. Selon l’observatoire Clameur* du marché locatif, mis à jour mardi, les loyers du secteur privé ont progressé de 1,1 % sur un an au cours des cinq premiers mois de l’année, à 12,8 €/m², contre une hausse de 0,5 % un an plus tôt. A titre de comparaison, l’observatoire rappelle que les prix à la consommation, eux, n’ont progressé que de 0,7 % à la période considérée.

+6 % à Metz, +1,2 % à Paris

Sur un total de 39 villes de plus de 100 000 habitants, 27 affichent des loyers en hausse, dont 20 connaissent une progression supérieure ou égale à l’inflation. C’est notamment le cas de Mulhouse (9,4 €/m²) et Brest (9,2 €/m²), en tête de classement avec des taux de croissance de l’ordre de 6 %, Metz (10,1 €/m²) et Tours (11 €/m²), en hausse de 5 % environ), mais aussi de Lille (+4 %, 14 €/m²) et d’autres grandes métropoles régionales : Lyon (+3%, 13,2 €/m²), Marseille (+1,3 %, 12,6 €/m²), Paris (+1,2 %, 24,9 €/m²) et Toulouse (+1,1 %, 12 €/m²).

La progression est moins marquée à Nantes (+0,8 %, 12 €/m²), Bordeaux (+0,3 %, 12,6 €/m²). Enfin, 12 villes connaissent de loyers plus ou moins fortes, dans une fourchette de -0,1 % à Strasbourg (12,6 €/m²), Le Mans (8,6 €/m²) et Amiens (11,8 €/m²), à -4,4 % à Saint-Denis (15 €/m²). Voir classement complet en fin d’article.

Sans dresser de prévision, l’économiste Michel Mouillart, directeur scientifique de l’observatoire, précise qu’une accélération du rythme de croissance des loyers est habituelle à cette époque de l’année, sans pour autant présager de l’évolution sur l’ensemble de l’exercice.

Un quart des locataires a déménagé cette année

Sur le front de l’activité, l’observatoire témoigne d’une situation toujours très tendue : seuls 25,2 % des locataires ont déménagé depuis le début de l’année, soit le taux de mobilité résidentielle le plus faible jamais observé depuis le lancement de l’étude, à la fin des années 1990. Une légère amélioration pourrait avoir lieu au cours des mois d’été, sans pour autant remettre le diagnostic en question : « Le marché locatif privé, qui avait été particulièrement affecté par la grande dépression des années 2008-2009, doit maintenant composer avec une récession qui pourrait bien être durable », commente M. Mouillart.

Le repli est général, mais contre-intuitivement plus marqué là où les loyers sont les plus faibles. La mobilité des locataires s’affiche ainsi en repli de 3,5 % en Auvergne (27,1 % pour des loyers moyens autour de 8 €/m²), de 8,7 % dans le Limousin (27,9 %, 8-9 €/m²), et jusqu’à -9,3 % en Franche-Comté (24 %, 8-10 €/m²). C’est néanmoins dans les grandes villes que la mobilité est la plus faible : de 16,5 % à Marseille et de 17,5 % à Paris.

Guère optimiste, Michel Mouillart estime que « la faiblesse des dispositifs, l’alourdissement de la fiscalité, le durcissement de la gestion locative (et) les conséquences attendues du nouvel encadrement des loyers » vont peser sur l’investissement locatif privé, compromettant le rééquilibrage du marché dans un avenir proche.

La prochaine édition de l’observatoire Clameur sera publiée au mois de septembre.

*Connaître les loyers et analyser les marchés sur les espaces urbains et ruraux

Les loyers à fin novembre dans les villes de plus de 100 000 habitants

20 villes où les loyers progressent plus vite que l’inflation

  • Mulhouse : 9,4 €/m² (+6,2 %)
  • Brest : 9,2 €/m² (+5,8 %)
  • Metz : 10,1 €/m² (+5,1 %)
  • Tours : 11 €/m² (+4,8 %)
  • Lille : 14 €/m² (+4,2 %)
  • Villeurbanne : 12,8 €/m² (+4 %)
  • Clermont-Ferrand : 10,5 €/m² (+4 %)
  • Angers : 10,6 €/m² (+3,6 %)
  • Aix en Provence : 16,9 €/m² (+3,3 %)
  • Besançon : 9,8 €/m² (+3,1 %)
  • Lyon : 13,2 €/m² (+3 %)
  • Toulon : 11,5 €/m² (+2,2 %)
  • Orléans : 11,1 €/m² (+2 %)
  • Le Havre : 11,4 €/m² (+1,6 %)
  • Reims : 11,3 €/m² (+1,5 %)
  • Marseille : 12,6 €/m² (+1,3 %)
  • Montpellier : 14 €/m² (+1,3 %)
  • Argenteuil : 15,4 €/m² (+1,3 %)
  • Paris: 24,9 €/m² (+1,2 %)
  • Toulouse : 12 €/m² (+1,1 %)

7 villes où les loyers augmentent, mais moins vite que l’inflation

  • Nantes : 12 €/m² (+0,8 %)
  • Grenoble : 12,1 €/m² (+0,5 %)
  • Nancy : 10,4 €/m² (+0,4 %)
  • Boulogne-Billancourt : 21,5 €/m² (+0,3 %)
  • Bordeaux : 12,6 €/m² (+0,3 %)
  • Montreuil: 15,8 €/m² (+0,2 %)
  • Caen : 11,8 €/m² (0,0 %)

12 villes où les loyers baissent

  • Strasbourg : 12,6 €/m² (-0,1 %)
  • Le Mans : 8,6 €/m² (-0,1 %)
  • Amiens : 11,8 €/m² (-0,1 %)
  • Perpignan : 9,7 €/m² (-0,2 %)
  • Rennes : 11,9 €/m² (-0,3 %)
  • Dijon : 11,3 €/m² (-0,4 %)
  • Nîmes : 10,1 €/m² (-0,8 %)
  • Nice : 14,8 €/m² (-1,2 %)
  • Rouen : 11,3 €/m² (-2,8 %)
  • Limoges : 8,9 €/m² (-2,9 %)
  • Saint-Etienne: 7,7 €/m² (-3,8 %)
  • Saint-Denis : 15 €/m² (-4,4 %)
Emmanuel Salbayre