BFM Immo
Prix immobilier

Immobilier : où pouvez-vous le plus négocier le prix avec le vendeur?

Les prix de l'immobilier ont beau atteindre des sommets, pour les acquéreurs il y a encore matière à négocier. Selon SeLoger, la marge de négociation moyenne se situe autour de 4,5% et varie selon les villes.

Dans certaines régions, les acheteurs semblent être en position de force. Le site d'annonces immobilières SeLoger révèle que la marge de négociation à l'échelle nationale s'élève à 4,7%. Une moyenne qui cache des disparités régionales et peut varier selon les caractéristiques du logement, notamment sa note énergétique.

Dans le Poitou-Charentes, la marge de négociation culmine à près de 8,4%, soit une marge plus élevée que les 7% dans le Limousin et celle de 6,5% en Bourgogne, dans le Centre, le Languedoc-Roussillon et la Champagne-Ardenne...

>> Estimez le prix de votre bien immobilier avec notre simulateur gratuit

Les zones où les marges sont plus faibles

A l'inverse, d'autres régions restent plus favorables aux vendeurs avec des marges de négociation extrêmement réduites. Les plus faibles se trouvent en Rhône-Alpes avec seulement 3%. Ailleurs, on constate 3,8% en Ile-de-France et autour de 4% en Normandie et en Franche-Comté, en raison notamment de l'extrême tension de ces marchés ou d'un certain réalisme dans la fixation des prix.

C'est en tout cas le plus souvent dans les villes les plus chères ou celles qui ont été les plus actives que les marges de négociation sont les plus faibles

Effet DPE sur la négociation

Un élément peut désormais faire varier les prix à la baisse, il s'agit du diagnostic de performance énergétique. Avec l'interdiction progressive à venir des passoires thermiques à la location, le DPE est en train de devenir un levier de négociation des prix, à la baisse comme à la hausse.

SeLoger expliquait récemment qu'au niveau national, un bien classé A coûtait 11% de plus qu'un bien classé F, avec localement des différences parfois spectaculaires comme à Brest où un logement F se vend aujourd'hui 57% moins cher qu'un A. Même décote constatées à Nîmes (55%), Limoges (49%) et au Havre (41%). On voit donc bien que la valeur verte pèse de plus en plus lourd pour les passoires thermiques.

>> Partenariat BFM Immo : profitez des aides de l’Etat pour financer la rénovation énergétique de votre maison avec Hellio

D'ailleurs, un bien classé A coûte aujourd'hui 17% plus cher qu'en 2020. Elément intéressant pour savoir où il est possible de négocier les passoires thermiques.

Pour se faire une idée, il est intéressant de regarder là où elles sont de plus en plus nombreuses à être mises en vente. Ainsi, au niveau national, les annonces pour ce type de biens s'envolent de plus de 20% sur un an (21%) pour les biens classés G. Localement, on observe des hausses encore plus fortes, par exemple sur un an, de 74% à Rennes, de 72% à Paris, de 70% à Nantes, de 66% au Havre, de 52% à Angers... Dans ces villes, négocier le prix des passoires thermiques sera sans doute plus simple qu'ailleurs...

Marie Coeurderoy