BFM Immo

Dijon, un marché immobilier dynamique

Rue de la liberté à Dijon

Rue de la liberté à Dijon - Wikimédia Commons / David Monniaux

Les prix restent stables ces derniers mois dans le chef lieu de la région Bourgogne. Un statu quo dans la baisse susceptible d’être un tremplin pour les acquéreurs comme pour les vendeurs.

A 2080€/m² en moyenne en juillet 2013, les prix de l’immobilier dijonnais se stabilisent sur trois mois. Mais restent en baisse de 2,79 % sur un an selon les chiffres des notaires.

Le marché est globalement en forme, malgré les aléas économiques. Tel est le sentiment des agents immobiliers au sujet de cette ville dynamique, qui semble tirer son épingle du jeu en ce moment. « Le marché est actif en ce moment, sans problème majeur. Les ventes sont au rendez-vous, de façon linéaire », explique Olivier Vimont, directeur ERA immobilier. Mais les primo-accédants demeurent selon lui peu nombreux, freinés notamment par les difficultés de financement.

Les atouts de la ville ? « Au centre d’une zone de chalandise d'environ 400 000 habitants allant jusqu’aux départements limitrophes, l’agglomération bénéficie d’un bon niveau d’équipements et notamment de bonnes dessertes routières, autoroutières et TGV », relève Marché-immo.com, le site du Crédit Foncier.

Nombreux sont les quartiers de Dijon en vue : « Le centre-ville reste une valeur sûre. Montchapet, Victor Hugo, Clémenceau ou la place du Trente-Octobre , aux portes de l’hypercentre, sont très prisés », liste M. Vimont. La périphérie n’est pas en reste : « Talant hors Z.A.C., Fontaine-lès-Dijon, Daix, Ahuy, Hauteville-lès-Dijon, Bois-du-Roy à Chevigny-Saint-Sauveur » sont autant de secteurs qui trouvent preneurs, selon Marché-immo.com.

André Figeard