BFM Immo

Plus de 500.000 bénéficiaires des aides au logement en moins avec la réforme des APL

Le mode de calcul des APL a changé depuis janvier 2021

Le mode de calcul des APL a changé depuis janvier 2021 - AFP

La baisse du nombre de bénéficiaires des aides au logement est historique. Avec la prise en compte des revenus en "temps réel" pour le calcul des APL, on compte désormais 500.000 allocataires de moins.

Voilà une réforme qui aura très vite produit ses effets. Celle du calcul des APL en "temps réel". Pour rappel, depuis le 1er janvier 2021, avec la "contemporanéisation" des APL, la caisse d'allocation familiale ne calcule plus les allocations en fonction des revenus d'il y a deux ans mais de ceux perçus au cours des douze derniers mois. Tous les trois mois, la situation est actualisée par la CAF qui réajuste le montant de l'aide versée si besoin.

Les conséquences ont été immédiates: alors qu'on comptait encore 6,5 millions de bénéficiaires par mois en décembre 2020, on est descendu à moins de 6 millions dès janvier. Et depuis, ce chiffre n'est pas remonté. Il y a ainsi précisément 563.000 allocataires de moins depuis la mise en place du nouveau mode de calcul des aides au logement.

La réforme permet d'adapter plus vite les APL aux revenus des ménages. Comme avant la crise, les revenus avaient plutôt tendance à s'améliorer dans le temps, l'Etat espérait faire 1,2 milliard d'euros d'économies par an sur ses dépenses d'APL. Mais depuis, le Covid-19 est arrivé et le gouvernement a divisé par deux ses prévisions d'économies. Certains craignaient même, compte tenu des risques sur l'emploi, que cette réforme ne finisse par coûter de l'argent.

Pour l'instant, les revenus des ménages ont tenu. 500.000 bénéficiaires d'APL en moins, ce sont aussi de fait 500.000 personnes qui ont vu leurs revenus progresser ces derniers mois. Une bonne nouvelle? Sur le papier oui. Moins d'APL dit de fait plus de revenus. Pour autant rien ne dit encore que ce qui a été gagné en salaire a toujours compensé ce qui a été perdu en aides au logement. Et la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) confirme que cette réforme a fait plus de perdants que de gagnants. Avec la mise en place de cette réforme, 41% des bénéficiaires ont vu leurs aides baisser (par rapport à ce qu'ils auraient touché sans réforme), 32% n'ont pas vu de changement et 26% ont à l'inverse profité d'une augmentation.

Une baisse loin d'être neutre pour les plus précaires

Pour les plus précaires, cette baisse d'APL est loin d'être neutre. Il suffit de regarder une étude publiée hier par l'Unafo, l'Union professionnelle du logement accompagné. On est à mi-chemin entre le logement social classique et l'hébergement d'urgence. Ils ont regardé la situation de près de 14.000 de leurs locataires bénéficiaires des APL. Depuis le nouveau mode de calcul, au global ils ont perdu 7% du montant moyen perçu chaque mois et même 10% pour les jeunes (soit une baisse moyenne de 25 euros par mois). Or, la majorité des occupants de ces logements touchent moins de 600 euros par mois de revenus.

Enfin, attention aussi à un autre décalage. Il faudra regarder en fin d'année, lorsque les aides de l'Etat (comme le chômage partiel) commenceront à prendre fin. Là on pourra vraiment voir la réalité des choses et l'évolution des APL qui sont désormais réévaluées tous les 3 mois.

Marie Coeurderoy édité par J.L.D.