BFM Immo

Les architectes se paupérisent

Les architectes se paupérisent

Les architectes se paupérisent - dr

La profession est inquiète pour son avenir. Les trois quarts des architectes étaient en-dessous du revenu moyen des architectes en 2013.

En 2013, un architecte sur quatre était en "grande difficulté économique" avec des revenus mensuel à peine supérieurs à 500 euros, révélait l’étude Archigraphie, publiée par le Conseil national de l’ordre des architectes (Cnoa) il y a un an. Et 75% d’entre eux n’atteignaient pas le revenu moyen des architectes, soit 3.779 euros.

"La profession se trouve dans une situation économique extrêmement difficile: la commande et les taux d’honoraires ont beaucoup baissé, aussi bien en marché public qu’en marché privé", constate la présidente du Cnoa, Catherine Jacquot. "Après six ans d’études, nos jeunes diplômés sont contraints de se mettre en autoentrepreneurs avec des honoraires très bas, parce que les agences n’arrivent pas à les embaucher comme salariés", ajoute-t-elle à l’AFP.

"Ceux qui ont perdu de l’argent ne veulent pas parler. C’est très mal vu de dire qu’on est en difficulté: plus personne ne prend le risque de travailler avec vous", dit-il à l’AFP. Les architectes ont pu "définir avec les promoteurs les modalités de leur rémunération", estime de son côté la municipalité parisienne.

"Mais excepté quelques agences, la plupart des architectes n’ont pas les moyens de refuser un travail!", précise Mme Jacquot. "Avec la crise, le rapport de forces leur est très défavorable".

Avec AFP

BFM Immo