BFM Immo

La moitié des chantiers de rénovation des copropriétés en difficulté a débuté

Plan d'aide aux copropriétés: la moitié des opérations prévues sont entamées

Plan d'aide aux copropriétés: la moitié des opérations prévues sont entamées - Gerard Julien - AFP

Le gouvernement a prévu un plan d'aides aux copropriétés de 2,5 milliards d'euros sur 10 ans. La moitié des chantiers a été lancé.

Environ la moitié des rénovations prévues par un plan public d'aide aux copropriétés, qui prévoit 2,5 milliards d'euros d'aides publiques sur dix ans, ont commencé, a annoncé le gouvernement, un an après son lancement. "Les premiers résultats sont vraiment là: (...) on est véritablement dans une politique qui fonctionne", a déclaré le ministre du Logement, Julien Denormandie, lors d'un bilan de ce plan annoncé à l'automne fin 2018 et lancé début 2019.

Le plan court sur dix ans et vise à aider le fonctionnement, la rénovation, voire la destruction puis la reconstruction, d'environ 700 copropriétés, soit plus de 60.000 logements, qui sont jugés dans une situation particulièrement difficile. Au total, "324 projets ont déjà démarré et 24.000 logements ont déjà vu leurs travaux financés", a détaillé Julien Denormandie dans un communiqué séparé, précisant que 4.000 autres logements étaient concernés par des projets plus vastes de reconstruction, là encore financés.

>> Partenariat BFM Immo : Pour la rénovation de vos combles, faites confiance à Mescomblesgratuits par Hellio, entreprise certifiée par l'État.

Le plan prévoit 2,5 milliards d'euros d'aides publiques, via deux organismes publics: l'Agence nationale de l'habitat (Anah), qui pilote l'ensemble du projet, et l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). À cela s'ajoutent des financements d'autres acteurs du monde du logement, dont la Caisse des dépôts, bras financier de l'État, l'organisme paritaire Action logement et le réseau Procivis, lié au monde du logement social. Avec eux, l'ensemble se monte à quelque trois milliards d'euros.

Les villes de Marseille, Clichy et Grenoble visées en priorité

Le plan avait été annoncé peu avant l'effondrement meurtrier de plusieurs immeubles à Marseille, dont l'un en copropriété, une catastrophe qui a attiré l'attention publique sur la situation dégradée d'une partie du parc privé. De fait, Marseille est l'une des principales villes concernées par le plan, qui concerne 26 localités et en vise en priorité une quinzaine dont, également, des sites en banlieue parisienne - Mantes-la-Jolie, Clichy-sous-Bois - et des agglomérations comme Grenoble et Montpellier. "A Marseille, (...) une tour a déjà été démolie", a souligné le cabinet du ministère, lors d'une présentation à la presse.

Si le nombre d'opérations entamées est déjà conséquent, elles ne représentent en l'état actuel des choses qu'une petite partie des financements prévus, puisque l'Anah n'en a financé que pour une soixantaine de millions d'euros l'an dernier. "Ce plan a vraiment une stratégie nationale d'ampleur qui cible prioritairement les situations les plus complexes", a expliqué Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l'Anah, visant 34.000 opérations engagées à la fin 2020. "On s'inscrit dans du temps long."

Avec AFP

D. L.