BFM Immo

L’homme qui a filmé l’expulsion de La Courneuve s’explique

Les images d'une expulsion musclée à la cité des 4000 (93) circulent sur le net

Les images d'une expulsion musclée à la cité des 4000 (93) circulent sur le net - dr

La vidéo d’une expulsion à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, diffusée la semaine dernière sur internet par Droit au logement (DAL), avait suscité la polémique parmi les 300 000 internautes qui ont visionné la bande.

La scène s’est déroulée début juillet, à la cité des 4000, où des familles expulsées de leur immeuble – destiné à être démoli –, squattaient dans un campement improvisé. Expulsion musclée, d’après le film, où l’on peut notamment voir une femme traînée avec son bébé sur le dos. Le caméraman amateur, interviewé par Le Parisien, explique qu’il a filmé intentionnellement la scène lorsqu’il a su que l’événement aurait lieu. L’homme, qui préfère rester anonyme, est un ancien mal-logé, militant du DAL. Il explique avoir été contraint par un policier d’arrêter l’enregistrement: « Une main, venue de derrière, s’est posée sur l’écran. On m’a demandé d’arrêter, j’ai continué et je n’ai pas voulu lâcher la caméra. Le policier m’a tiré par le cou et traîné à l’extérieur du périmètre de sécurité. J’ai d’abord confié la caméra, qui était cassée, à quelqu’un, pensant que j’irais en garde-à-vue. Mais non, alors j’ai récupéré la caméra. »

« On ne fait plus la différence entre bandit, criminel et mal-logé »

Après avoir réparé la caméra et consulté familles et avocats, les images ont été diffusées sur le site Mediapart. Malgré que les autorités se défendent de toute faute professionnelle et insistent sur le fait que la procédure ait été faite « dans les règles », le militant du DAL a souhaité «  montrer le degré de violence qu’on utilise contre les mal-logés », rapporte le quotidien. « On ne fait plus la différence entre bandit, criminel et mal-logé ».

Lorna Oumow