BFM Immo
Fiscalité immobilier

Les villes françaises vont récupérer 93 millions d'euros de taxes de séjour via Airbnb en 2021

Les montants de taxes de séjour récoltés par la plateforme de location saisonnière ont décollé et sont désormais nettement supérieurs à l'avant-crise sanitaire.

C'est une manne bienvenue pour les communes françaises qui ont été bousculées financièrement depuis le début de la crise sanitaire. En 2021, 29.000 communes françaises vont récupérer 93 millions d'euros de taxes de séjour qui ont été collectées via la plateforme Airbnb, selon les informations du Parisien. Ces taxes de séjour correspondent à ce qui a été collecté via le site de location saisonnière durant la période allant du 1er novembre 2020 au 31 octobre 2021.

Ce montant est en forte progression. C'est en effet 60% de plus rapport aux taxes collectées sur la période allant de janvier à octobre 2019, qui s'élevaient à 58 millions d'euros à l'époque. Et en 2018, les taxes de séjour collectées via la plateforme ne représentaient que 24 millions d'euros.

Paris toujours en tête

Cette année, et sans surprise, c'est toujours Paris qui arrive en tête des villes où les taxes de séjour sont les plus élevées, avec 9,4 millions d'euros. C'est cependant beaucoup moins que lors de la dernière année pré-crise, lorsque les touristes étrangers étaient davantage présents. En 2019, la capitale avait alors engrangé 15,3 millions d'euros.

>> Téléchargez le guide de l’investissement LMNP de la rédaction de BFM Immo

Parmi les plus gros bénéficiaires de cet argent, on retrouve ensuite pour 2021 Marseille (1,9 million d'euros, contre 2,3 millions d'euros de janvier à octobre 2019), Nice (1,2 million d'euros, contre 1,8 million) et Cannes (1 million d'euros contre 910.000 euros selon La Gazette des communes).

Au sein des plus grandes agglomérations, Lyon récupère 750.000 euros en 2021, Toulouse 700.000 euros, Montpellier 570.000 euros, Lille 490.000 euros et Strasbourg 470.000 euros.

Attractivité de la campagne

L'explosion des montants récoltés est donc surtout lié à des séjours à la campagne ou dans des villes moyennes. D'ailleurs, les communes de moins de 3.500 habitants représentent un tiers des montants en jeu (27 millions d'euros cette année, contre 10,5 millions en 2019). Si on rapporte les taxes de séjour passant par Airbnb en 2021 au nombre de communes concernées, celles-ci ont touché un montant relativement faible: un peu plus de 3.200 euros en moyenne.

"Nous constatons à la fois une augmentation du nombre total de nuitées mais aussi du pourcentage de taxe de séjour voté par les communes", analyse dans Le Parisien Emmanuel Marill, directeur général d'Airbnb France.

Les municipalités peuvent fixer un taux de taxe de séjour sur les meublés non classés compris entre 1% et 5% du prix hors taxe de la nuitée par personne. "Une taxe additionnelle peut également être instituée par le département (10 %) ou la région (par exemple, la région Île-de-France a récemment instauré une taxe supplémentaire" Grand Paris" de 15 %)", rappelle également Airbnb sur son site.

https://twitter.com/jl_delloro Jean-Louis Dell'Oro Rédacteur en chef adjoint BFM Éco