BFM Immo

L'effet secondaire de la surtaxe sur les résidences secondaires

Vue de Biarritz, où la surtaxe devrait générer 1 million d'euros

Vue de Biarritz, où la surtaxe devrait générer 1 million d'euros - Carobo/Pixabay

La surtaxe sur les résidences secondaires, entrée en vigueur fin 2014, augmente plus les recettes des mairies qu'elle n'incite les propriétaires à louer ou vendre leur bien.

Elle devait fluidifier le marché. Mais dans bien des cas, elle renfloue surtout les caisses des mairies. La surtaxe des résidences secondaires, qui porte le taux de taxation à 20% pour inciter les propriétaires à vendre ou à louer leur maison de vacances dans les municipalités qui le souhaitent, s'avère juteuse dans des communes où le besoin en logement n'est pas toujours criant.

Ainsi, selon Europe 1, la mesure est beaucoup appliquée dans le Sud Ouest. « On pense à des stations balnéaires comme Biarritz, Saint-Jean-de-Luz ou encore Hendaye. Mais il y a aussi des villes qu'on attend moins, comme Bayonne ou Saint-Nazaire, des communes qui ont peu de résidences secondaires sur leur sol », explique la radio.

Construire du logement social ou susciter une « prise de conscience »

A Hendaye, on explique ainsi que les dotations de l'Etat étant en baisse – de 1,5 million d'euros sur trois ans – la taxe, qui rapportera 400.000 euros, est la bienvenue. Mais à Biarritz, où on en attend un million d'euros, les recettes serviront à financer des programmes de logements sociaux, tandis qu'à Nantes, « on espère une prise de conscience des propriétaires de résidences secondaires », explique à Europe 1 Pascal Bolo, le premier adjoint aux finances.

La liste des communes qui souhaitent appliquer la surtaxe devrait s'allonger. La ville de Lyon vient ainsi de décider de l'appliquer, mais elle ne prendra effet que l'année prochaine, conclut la radio.

Demandez votre étude gratuite pour réduire votre ISF >>

André Figeard