BFM Immo
Fiscalité immobilier

Dans quelles villes la taxe d'habitation sur les résidences secondaires est-elle la plus lourde?

Nice, vue de l'Observatoire

Nice, vue de l'Observatoire - Wikimedia Commons

La taxe d'habitation n'a pas été supprimée pour les résidences secondaires. Et dans plusieurs communes, elle affiche des taux très importants.

La France compte 3,6 millions de résidences secondaires, soit 10% du parc immobilier national, selon l'Insee. Un record en Europe! Et si seulement 13% des Français disposent déjà d’une maison de villégiature, 40% de ceux qui n'en ont pas rêvent de pouvoir sauter le pas, selon une étude réalisée par Elabe pour le compte de Crédit Foncier et publiée en juin 2018. Mais il faut pouvoir suivre financièrement. En effet, si la taxe d'habitation a déjà disparu pour la résidence principale de 80% des Français (et ce sera le cas pour les 20% de ménages les plus aisés en 2023), les propriétaires doivent toujours s'en acquitter pour leur résidence secondaire. Cet impôt local continue d'être perçu et dans plusieurs communes, il flambe, constate Prello, spécialiste de l'achat en copropriété de résidence secondaire en s'appuyant sur les chiffres du ministère de l'Economie, des Finances et de la Relance.

Les propriétaires de résidence secondaire sont redevables de cet impôt chaque année, en fonction de leur situation au 1er janvier, quand bien même en seraient-ils exonérés au titre de leur résidence principale. "Comme pour les résidences principales, la taxe d’habitation des résidences secondaires est calculée par la Direction générale des finances publiques à partir de la valeur locative cadastrale du logement et de ses dépendances. On multiplie ensuite le résultat par le taux d’imposition voté par la collectivité territoriale concernée. La différence avec le calcul de la taxe d’habitation sur une résidence principale tient au fait qu’aucun abattement ni plafonnement en fonction des revenus n’est appliqué. Qui plus est, certaines communes opèrent une majoration de son montant de l’ordre de 5 à 60% en application de la taxe sur les logements vacants. Une pratique que l’on trouve dans certaines zones géographiques qualifiées de "tendues" du point de vue de l’offre locative", rappelle Prello.

Taux plus élevé dans les régions à forte attractivité

A cause du mode de calcul de la taxe d'habitation, il existe de grandes différences d'une ville à l'autre. D’après l’enquête menée par Prello, il ressort que les villes où le taux de taxe d’habitation est le plus élevé sont principalement situées dans les régions à forte attractivité telles que les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Occitanie, le Pays Basque ou encore la Corse. Cependant, malgré un taux de taxe d’habitation souvent élevé dans ces régions, Prello constate que certaines villes font figure d’exception avec des taxes d’habitation avantageuses compte tenu de leur localisation idéale. C’est notamment le cas de Mallemort, Carry-le-Rouet, La Cadière-d'Azur et Saint-Pée-sur-Nivelle.

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze Journaliste BFM Éco