BFM Immo

BTP : quelles sont les obligations de l'employeur par grand froid?

La France subit une vague de froid

La France subit une vague de froid - Jean-François Monier - AFP

Une vague de froid touche la partie nord de la France. Les employeurs doivent être attentifs à la santé et la sécurité de leurs salariés.

Températures glaciales, neige et pluies verglaçantes: alors qu'une vague de froid fait grelotter la moitié nord de l'Hexagone, les employeurs doivent être "attentifs" à la santé de leurs salariés et prendre des "mesures" pour les "protéger et garantir leur sécurité", souligne le ministère du Travail. Devant la loi, "l'employeur est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés" dans son entreprise, rappelle le ministère.

Dans le BPT, qui implique de travailler en extérieur, les employeurs sont donc tenus de mettre en place des "mesures de protection", qui doivent également respecter les "règles sanitaires actuelles", compte tenu de l'épidémie de Covid-19. L'employeur doit "planifier le travail à l'extérieur en fonction des conditions météorologiques". Le temps de travail "en zone froide" doit être "limité", avec "un régime de pause adapté" et distribution de "boissons chaudes" dans un "local de repos chauffé", avec "respect des gestes barrières".

Des dispositifs spéciaux

Il faut installer "des dispositifs localisés de chauffage pour les postes particulièrement exposés" au froid et fournir aux salariés des "protections individuelles adaptées: gants, caleçons longs, pantalons et vestes isolants, surpantalons, chaussettes, bonnets". Le "travail isolé" devra être évité au profit du travail à plusieurs afin de pouvoir "alerter les secours rapidement en cas de nécessité". Si un salarié est seul à son poste, l'employeur devra "prévoir un système d'alarme en cas d'immobilité prolongée du travailleur".

"Comme pendant les canicules", relève le ministère auprès de l'AFP, les employeurs peuvent utiliser par grand froid des mécanismes d'indemnisation ou de récupération des heures de travail non effectuées à cause des conditions météorologiques. Ces dispositifs peuvent être mobilisés "en cas d'activation du niveau orange ou rouge par Météo France" et "ne sont pas cumulables", note le ministère sur son site.

Le secteur du BTP possède un dispositif spécifique. Si le travail est interrompu, les employeurs "doivent s'adresser prioritairement à la caisse régionale de congés intempéries du BTP".

Avec AFP

D. L.