BFM Immo

Apparu veut construire "plus de logements en IdF"

Le secrétaire d'Etat au Logement veut une construction ciblée en fonction de la demande

Le secrétaire d'Etat au Logement veut une construction ciblée en fonction de la demande - dr

Le secrétaire d’Etat au Logement, Benoist Apparu, a déclaré dimanche sur Europe 1 qu’il fallait « produire plus de logements sur notre territoire et notamment en Île-de-France ». Le gouvernement a donc pour priorité pour 2011 d'accélérer la construction de logements neufs, « là où c'est nécessaire ».

Benoist Apparu a réaffirmé dimanche la volonté du gouvernement de construire plus de logements. Selon le ministre, la question du logement dépasse la problématique du nombre de logements à construire, mais est plutôt dans leur répartition géographique : « Le problème principal de la politique du logement en France, depuis 20 ans, c’est qu’on n’a pas épousé les évolutions démographiques du pays. Et qu’on continue à construire deux fois plus de logements par habitant en Auvergne qu’en Île-de-France », a-t-il déclaré.

La « problématique principale » en IdF

Le secrétaire d’Etat a fait référence à l’évolution des prix en région, et au manque de logements disponibles. L’Île-de-France devient ainsi officiellement la priorité du gouvernement, car selon le ministre, « c’est là que se concentre la problématique principale ». Benoist Apparu a illustré ses propos par l’exemple de sa propre région : « Sur mon territoire, Châlons-en-Champagne, la Marne, les prix de l’immobilier ont plutôt une tendance à la baisse qu’à la hausse ; donc la réalité sur notre territoire est totalement différente en fonction des régions ». En outre, les derniers chiffres publiés par la Chambre des Notaires font état d’une moyenne de prix au mètre carré de 7 500 euros à Paris à la fin de l’année 2010, et prévoient d’atteindre les 8 000 euros d'ici à la fin du premier semestre 2011. Le gouvernement se polarise donc sur la demande locale de logement, et est déterminé à « construire beaucoup plus de logements là où c'est nécessaire » , a souligné le ministre.

Léo Monégier