BFM Immo

Century 21 constate un spectaculaire retour des acheteurs et vendeurs sur le marché immobilier

Le retour des acheteurs et vendeurs

Le retour des acheteurs et vendeurs - Pixabay

Depuis le déconfinement, acheteurs et vendeurs sont revenus en force sur le marché immobilier au sein de l'un des plus grands réseaux français. Et une nouvelle tendance émerge peu à peu : la résidence secondaire à 100 km du foyer principal.

“C’est assez spectaculaire. Je suis impressionné”. Ce sont par ces mots que Laurent Vimont, président de Century 21, décrit ce qu’il se passe actuellement sur le marché immobilier. Depuis le déconfinement, acheteurs et vendeurs se précipitent. Dans son réseau 100 offres d’achat ont d’ores et déjà été déposées. Le trafic du site internet, qui avait chuté de 50% depuis les premières semaines du confinement, s’est envolé de plus de 100% la semaine dernière. “Il a retrouvé les niveaux d’avant le confinement”, constate Laurent Vimont.

Le président de Century 21 précise que la reprise avait, évidemment, été préparée. Les agents immobiliers avaient identifié et rappelé les contacts qui souhaitaient acheter avant le confinement et rentré les mandats de ceux qui désiraient vendre. Pour autant, les professionnels du secteur ne s’attendaient pas forcément à une telle reprise de l’activité. Preuve que le marché est dynamique, les acheteurs ne négocient pas du tout les prix.

Un feu de paille?

Mais Laurent Vimont garde les pieds sur terre. “Il y a, certes, une énorme reprise en agence. Mais est-ce que c’est un feu de paille?”. En effet, cette explosion de l’activité peut être due uniquement au fait que beaucoup de transactions ne se sont pas réalisées pendant le confinement. La reprise pourrait donc se poursuivre à un rythme plus calme les prochaines semaines.

>> Investissement immobilier : téléchargez gratuitement notre guide Loi Pinel

Néanmoins, le patron de Century 21 voit émerger une nouvelle tendance. “Grâce au télétravail, nous voyons de plus de familles qui ont leur foyer principal en ville et qui investissent dans une résidence secondaire à 100 km de là”. Laurent Vimont précise tout de même : “Ce phénomène assez étonnant concerne évidemment les CSP+”. Étonnant car il faut rappeler que le marché des résidences secondaires avait été divisé par deux en 10 ans.

Diane Lacaze