BFM Immo

Avec les touristes désertant Airbnb, l'offre de meublés mis en location pour une longue durée a explosé

La location meublée s'en est bien sortie

La location meublée s'en est bien sortie - Medhi Fedouach - AFP

La crise a mis un coup d'arrêt au tourisme et beaucoup de propriétaires ont mis leur logement en location meublée longue durée.

Le marché locatif du meublé a été chamboulé avec la crise sanitaire et le coup d'arrêt du tourisme. Le spécialiste de la location meublée traditionnelle Lodgis en a pris la mesure. Il parle d'une explosion de l'offre nouvelle et pour beaucoup, évidemment, venant de propriétaires qui mettaient leurs biens sur des sites de location saisonnière comme Airbnb ou Abritel. Ainsi 30% des demandes de propriétaires enregistrées chez Lodgis lors du premier confinement venaient de ces loueurs Airbnb. L'offre a explosé et chez Lodgis, on compte aujourd'hui deux fois plus de biens disponibles.

Le site rappelle d'ailleurs les données de PAP sur le sujet datant de septembre dernier. Plus d'un propriétaire sondé sur deux qui fait de la location saisonnière dans les grandes villes s'en détourne ou réfléchit à le faire. Et parmi ces propriétaires "qui ont arrêté, envisagent de le faire prochainement ou se posent la question de poursuivre", 70% d'entre eux déclaraient avoir remis leur bien ou vouloir le remettre sur le marché locatif de longue durée en meublé.

Plus d'offres et donc forcément des loyers orientés à la baisse. Les loyers des meublés parisiens ont reculé de 2,8% l'an dernier. Mais c'était nécessaire, explique Lodgis qui dit avoir lui-même incité ses propriétaires à baisser leurs tarifs. L'idée étant aussi de leur donner un avantage concurrentiel. Et les résultats ont été réels. Ceux qui ont accepté de baisser leurs tarifs de 5% à 10% ont réussi à louer leur bien dans le mois.

Des baux plus longs et de nouveaux profils

Certes, les loyers sont en baisse pour la location meublée mais il y a quand même des points positifs pour ceux qui optent pour ce marché. Le modèle devient plus "solide" avec des usages qui changent et des baux plus longs. La proportion de meublés mis en location pour servir de résidences principales a augmenté très fortement: 37% des biens loués l'an dernier en meublé chez Lodgis, soit 10 points de plus sur un an. Evidemment ce changement d'usage s'est accompagné d'un allongement des contrats de location. Les contrats de plus d'un an représentent désormais plus de 32% des contrats. Là aussi c'est une augmentation de 10 points sur un an. Il y a une nouvelle forme de pérennité dans la location meublée, note Lodgis.

Autre élément nouveau lié au contexte sanitaire, l'origine des locataires. Désormais près de la moitié des locataires de meublés sont Français. Ils sont ainsi 49,7%, alors qu'ils ne représentaient que 35% des locataires en 2019. Toutes les autres origines sont en baisse (-6.6% pour les locataires en provenances du reste de l'Europe, baisse de 3,5% pour ceux venus des Etats-Unis et du Canada...).

Marie Coeurderoy