BFM Immo
Achat Vente

Si vous signez une exclusivité avec un agent immobilier, attention à ne pas publier une annonce

La Cour de cassation a considéré qu'un propriétaire, qui avait confié à un agent immobilier l'exclusivité de la vente, avait violé ce contrat en publiant une petite annonce de son côté. Même si le bien n'avait pas été vendu par ce biais.

Confier un bien à vendre à un agent immobilier, en exclusivité, c'est s'interdire de chercher soi-même un vendeur, notamment en publiant une petite annonce. Le seul fait, pour le propriétaire, de proposer lui-même ce bien à la vente revient à violer le contrat signé avec l'agent immobilier et justifie qu'il soit indemnisé, a observé la Cour de cassation.

Un propriétaire et un agent immobilier avaient conclu un contrat qui donnait à l'agent l'exclusivité pour la vente d'un appartement. Une "clause pénale" prévoyait qu'en cas de violation du contrat par l'une des parties, l'autre recevrait une certaine somme à titre d'indemnisation. La somme ainsi prévue était égale au montant de la rémunération de l'agence en cas de vente. Mais le propriétaire ayant lui-même publié une petite annonce quatre mois plus tard sur un site internet, l'agent immobilier a considéré que le contrat était violé puisque son exclusivité n'était pas respectée.

Violation du contrat d'exclusivité

Publier une annonce n'est pas vendre le bien, observait le propriétaire. Il assurait que l'agent immobilier serait payé lorsque le bien serait vendu. Mais, a rectifié la Cour de cassation, la question n'est pas liée à cette rémunération en cas de vente. Il est seulement question des conditions de la recherche d'un acquéreur, ont remarqué les juges, et il y a une violation du contrat d'exclusivité même si le bien n'a pas trouvé d'acquéreur. La clause d'exclusivité ayant été violée, même sans conséquence, l'indemnisation prévue en pareil cas était due par le vendeur.

J. Br. avec AFP