BFM Immo

Pour la troisième fois, la maison d'un octogénaire toulousain est squattée

A Toulouse, un homme de 84 ans voit sa maison une nouvelle fois squattée. Il doit trouver rapidement une solution sinon la vente prévue risque de tomber à l'eau.

Pour la 3eme fois, Georges Dematis vit l'enfer. Le vieil homme possède une maison située à Toulouse. Maison dans laquelle il ne vit pas, habitant quelques rues plus loin. Le 19 octobre, un ami l'informe que sa maison est une nouvelle fois squattée, raconte La Dépêche du Midi.

L'homme de 84 ans se rend sur place et constate que sa maison est bien occupée. Les squatteurs ont installé des tables et étaient en train de boire et manger. L'homme, malheureusement habitué des procédures, appelle immédiatement la police nationale qui s'est déplacée pour constater. Les squatteurs ne sont surement pas à leur premier coup d'essai. Ils ont installé un cadenas sur le portail et un écriteau "Ceci est notre domicile ainsi que notre résidence principale. En tant que résidents, nous sommes protégés par la loi. Agir hors du cadre procédural, c'est heurter les principes du droit français de l'inviolabilité du domicile selon l'article 432-8 du Code pénal etc."

Contacté par Le Figaro, le commissariat de Toulouse a confirmé qu'une plainte a bien été enregistrée le 20 octobre dernier. ""Les patrouilles n'ont pas pu rentrer sur le terrain, fermé par un cadenas et une chaîne, et ont trouvé des occupants hostiles», ont relevé les agents qui évoquent des squatteurs «habitués des occupations et rompus aux procédures». Le commissariat attend désormais des instructions de la préfecture.

Vente en péril

C'est la troisième fois que la maison de l'octogénaire est squattée. L'homme avait pourtant pris soin de tout murer et espérait qu'avec un arbre tombé sur sa maison cela dissuaderait les squatteurs. Force est de constater que non.

Le vieil homme et sa fille tentent de vendre la maison depuis trois ans et demi. Celle-ci raconte à La Dépêche: "Nous avons une promesse de vente qui va être mise sur le portail par huissier de justice, ce mardi. Le futur acquéreur est au courant que la maison est squattée mais malheureusement, c'est à nous de les faire sortir. Si jamais on ne le fait pas dans les temps, on perd tout".

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze Journaliste BFM Éco