BFM Immo

Ce que les candidats à la présidentielle proposent pour le logement

Le drapeau français

Le drapeau français - AFP

Résoudre la crise du logement et répondre aux besoins de rénovations énergétiques, plusieurs candidats déclarés en vue de l'élection présidentielle ont fait part de leurs propositions lors du sommet de la construction à Paris organisé par la Fédération française du bâtiment.

A quelques mois de la présidentielle, plusieurs candidats ont dévoilé leurs propositions pour le logement lors du sommet de la construction à Paris organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB). Tour d'horizon.

Anne Hidalgo :

La candidate socialiste souhaite attribuer une partie des fonds du plan de relance au logement et miser sur la "décentralisation des investissements".

"Si je suis présidente de la République, je reprends ce plan de relance et je mets le paquet sur l'investissement dans la construction de logements et dans la lutte contre les passoires thermiques à travers les collectivités locales", a affirmé la maire de Paris.

Arnaud Montebourg:

Le candidat de la "Remontada" propose qu'un "préfet constructeur" puisse répondre, dans chaque département aux besoins en logement insatisfaits. Il souhaite également accompagner un "retour à la terre" pour "10 millions de Français qui rêvent de quitter les métropoles", d'après lui.

Il propose que l'Etat acquière à faibles coûts des logements anciens pour les attribuer gratuitement à "ceux qui rêvent de quitter les métropoles", pour qu'ils puissent les rénover eux-même.

Fabien Roussel:

Le candidat du Parti communiste propose d'investir 10 milliards d'euros sur cinq ans pour engager un plan de rénovation énergétique des maisons et des logements collectifs.

Il a affirmé le "droit de se loger pour tous" et notamment de construire des maisons individuelles, après une polémique en fin de semaine dernière autour de propos de la ministre du logement Emmanuelle Wargon - qui avait qualifié les maisons individuelles de "non sens écologique, économique et social".

"Les mairies doivent avoir les moyens de donner des permis de construire; huit personnes sur 10 que je reçois dans ma permanence viennent pour des problèmes de logement", s'est justifié le candidat communiste pour expliquer pourquoi revenir sur l'objectif de zéro artificialisation nette des sols.

Yannick Jadot:

Le candidat des écologistes a rappelé son programme prévoyant un plan d'investissement dont 10 milliards seraient consacrés au logement et au bâtiment.

Il a également évoqué une "prise en charge globale des frais de rénovations de logements" pour 1,7 millions de familles les plus pauvres.

Marine Le Pen:

La candidate du Rassemblement national prévoit d'accorder la priorité nationale pour l'accès au logement social.

Réduire la crise du logement passe par le "rétablissement de la sécurité" qui doit freiner la réticence des maires à construire des logements sociaux face au "risque de communautarisation", a-t-elle argumenté.

Valérie Pécresse:

La candidate à l'investiture Les Républicains a déclaré vouloir "lutter contre l'enfer bureaucratique" pour diminuer les contraintes administratives qui pèsent sur la construction.

"Je mettrai en place un comité de la hache qui devra réduire de moitié les codes juridiques" a-t-elle affirmé.

La Présidente de la région Ile-de-France souhaite également généraliser les prêts à taux zéro pour les primo-accédants en fonction de leurs revenus et des prix de l'immobilier sur le territoire français.

Xavier Bertrand:

Le candidat à l'investiture Les Républicains souhaite revenir sur l'objectif de zéro artificialisation nette des sols et baisser les impôts sur la production.

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze avec AFP Journaliste BFM Éco