BFM Business

Quand Ronaldo assène un carton rouge à Coca-Cola

Cristiano Ronaldo, lors d'une conférence de presse, écarte une bouteille de Coca-Cola

Cristiano Ronaldo, lors d'une conférence de presse, écarte une bouteille de Coca-Cola - Handout / UEFA / AFP

Lors d'une conférence de presse, le capitaine de l'équipe de foot du Portugal a retiré de la vue des caméras deux bouteilles de la célèbre marque, sponsor officiel de l'Euro. Un geste fort qui a même fait sensiblement reculer l'action à Wall Street.

Peut-on tout faire quand on s’appelle Ronaldo? C’est une question à quatre milliards de dollars. Mardi 15 juin, le capitaine de l’équipe de foot du Portugal a, lors d’une conférence de presse, ostensiblement retiré de la vue des caméras deux bouteilles de Coca-Cola qui n’avaient pas été mises là par hasard.

La marque américaine est l’un des sponsors officiels de l’Euro. Non content de rendre ces deux bouteilles invisibles, Cristiano Ronaldo a mis devant lui, de façon bien visible, une bouteille d’eau en s’écriant "Agua", eau en portugais, histoire de bien montrer sa préférence. Officiellement, Coca-Cola n’a pas souhaité réagir à ce geste inamical.

Mais on imagine mal qu’il ait laissé insensible le sponsor dont le soutien financier à l’UEFA se compte en millions d’euros (le montant exact reste confidentiel). D’autant que cette scène a eu un impact notable sur le cours de l’action Coca.

Une valorisation en Bourse amputée de 4 milliards de dollars

Lundi, la veille de la conférence de presse, le titre avait clôturé à 56,18 dollars. Et dès l’ouverture de la Bourse de New York, alors que la scène commence à être largement partagée sur les réseaux sociaux, le titre flanche pour atteindre au plus bas de la séance 55,22 dollars. Presque un dollar de moins.

Cette baisse ponctuelle –le cours est remonté dans la deuxième partie de la séance et à nouveau ce mercredi- a ainsi fait plonger pendant quelques heures, la valorisation boursière du géant américain de près de 4 milliards de dollars.

Cela dit, qu’un geste ou une image d’une star ait un effet sur le cours en Bourse d'une société cotée, n’a rien d’exceptionnel. Il y a un peu plus de deux ans, le 20 février 2019, la star du basket Zion Williamson s’était blessé lors d’un match. À la suite d’un appui trop incliné, l’une de ses baskets s’était carrément déchirée.

Zion Williamson déchire ses baskets, Nike perd 1,5%

Le jeune prodige américain portait ce soir-là des PG 2.5, un modèle de Nike, plutôt d’entrée de gamme. Blessé, Zion Williamson avait été contraint de retourner au vestiaire. Au grand dam de la marque dont la réputation avait été ternie par l’image de cette basket éventrée. Et, là encore, dès l’ouverture de la Bourse, l’action en avait pâti. Dans la première heure de la séance, le titre a perdu 1,5%.

L’inverse s’est également produit. Ainsi, en 2013, Oprah Winfrey a-t-elle offert à Seb une belle envolée boursière à la suite d’un simple post sur Instagram, relayé sur son compte Twitter.

La célèbre présentatrice américaine ne se contentait pas de poser avec cette friteuse française conçue pour utiliser très peu d’huile. "Tefal Actifry a changé ma vie. Et ils ne me paient pas pour dire ça." s'exclamait-elle alors dans son tweet. À l'époque, l’effet sur l'action de Seb avait été particulièrement puissant. Durant la séance, le titre avait gagné jusqu'à 5%.

Ronaldo ne risque aucune sanction disciplinaire de l'UEFA

Ronaldo, n’a pas, lui non plus été payé pour dénigrer Coca, mais est-il pour autant à l’abri d’une sanction des organisateurs de l’Euro? Nos confrères de Libération ont posé la question à l’UEFA qui a assuré qu'aucune procédure disciplinaire ne sera engagée contre lui. L’instance européenne du football ajoutant même que "chacun est libre de boire les boissons qu’il préfère".

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco