BFM Patrimoine

Wall Street: repli enrayé, mais un biais baissier persiste.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - A l'image du CAC40, Wall Street a bataillé durant toute la séance pour au final... n'aller nulle part. C'est le Dow Jones qui en offre la meilleure illustration avec un repli de -0,01% (en fait, l'écart est encore plus faible

(CercleFinance.com) - A l'image du CAC40, Wall Street a bataillé durant toute la séance pour au final... n'aller nulle part.

C'est le Dow Jones qui en offre la meilleure illustration avec un repli de -0,01% (en fait, l'écart est encore plus faible: -0,008%) contre un gain de +0,03% à 21H58.

C'est le 'S&P' qui accroche ce score de +0,03% in extremis, donnant à penser que le cycle de repli des 10 dernières séances est enrayé.

Mais le Nasdaq recule de -0,15%, le Russel-2000 et le Dow Transport de -0,33% (même score que l'Euro-Stoxx50).

Ce n'est donc pas une vraie reprise, juste un coup d'arrêt à la dynamique baissière. La publication du chiffre des stocks des entreprises -en hausse de +0,4%- n'a pas eu d'impact sur la tendance.

Des rachats à bon compte se sont déclenchés parce que le Nasdaq perdait à un moment -0,9% (tout comme la veille) et ce repli a semblé excessif, même si les places européennes perdaient simultanément -0,9% en moyenne vers 16H.

Et les stocks n'expliquent pas d'avantage les 5Pts de hausse des taux longs à 2,44%, soit la pire clôture de l'année pour les T-Bonds US.

Les spéculations sur une hausse de taux survenant dès cet automne aux Etats Unis ont été ravivées par une interview de Charles Plosser (ex-membre de la FED et patron de l'antenne de Philadelphie) sur CNBC ce matin: il considère que la normalisation de la politique monétaire devrait intervenir aussitôt que possible, la plupart des chiffres témoignent selon lui de la vigueur de l'économie, même si le premier trimestre a été décevant.

En ce qui concerne la dégradation des marchés obligataires, elle trouve sa source également en Europe: la contre-proposition grecque soumise aux créanciers du pays ne semble pas constituer une piste pour un rapprochement des points de vue.

Une réunion prévue ce soir au plus haut niveau entre dirigeants européens et grecs a été repoussée, faute de piste pour faire avancer les négociations.

Un recours d'Athènes aux mécanismes du MES pour racheter sa propre dette pour redevenir éligible aux rachats de la BCE dans le cadre de son 'QE' contrevient à l'esprit des traités européens.

Sur le front des valeurs, le S&P500 a été plombé par le compartiment des parapétrolières (Transocean -2%, Nal Oilwell -2,1%, Frontier -1,3%) puis par quelques géants du Nasdaq comme Micron qui a chuté de -2,8%, Akamai -2,7%, Citrix -2,3%, Vertex -1,2% et Biogen -1,1%.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance