BFM Patrimoine

UPDATE2: Le Royaume-Uni interdit l'activité de ferries d'Eurotunnel au départ de Douvres

BFM Patrimoine
-Le rachat des navires SeaFrance par Eurotunnel porte atteinte à la concurrence et risque de faire monter les prix, selon la Commission de la concurrence au Royaume-Uni -Eurotunnel fait appel de l'interdiction prononcée par le régulateur britanniq

-Le rachat des navires SeaFrance par Eurotunnel porte atteinte à la concurrence et risque de faire monter les prix, selon la Commission de la concurrence au Royaume-Uni

-Eurotunnel fait appel de l'interdiction prononcée par le régulateur britannique

-Cette décision intervient après la validation de l'opération par les autorités françaises

(Actualisation: détails sur l'interdiction d'opérer prononcée contre Eurotunnel, baisse de l'action Eurotunnel et commentaire d'analyste.)

PARIS (Dow Jones)--La Commission de la concurrence britannique a interdit jeudi à Eurotunnel (GET) d'assurer son service de ferries au départ de Douvres, jugeant que cette activité limitait la concurrence et risquait de conduire à une hausse des prix du transport transmanche de passagers et de marchandises.

Le rachat par Eurotunnel de trois navires de l'ancien SeaFrance, désormais exploités par MyFerryLink, devrait porter au-dessus de 50% la part de marché du concessionnaire du tunnel sous la Manche, a estimé la Commission dans son rapport final.

En conséquence, le régulateur de la concurrence a prononcé une interdiction totale d'opérer pendant une durée de deux ans. Pour deux des trois ferries, la durée de l'interdiction est portée à dix ans. Eurotunnel a fait part de son intention de faire appel de cette décision.

Selon le rapport publié jeudi, le groupe "a décidé d'acquérir les ferries SeaFrance afin d'empêcher l'opérateur DFDS/LD de les acheter" et par crainte de voir les prix de la traversée baisser.

"Cela ne peut pas être bon pour la concurrence qu'Eurotunnel, qui détient déjà une part de marché de plus de 40%, développe une activité de ferries, particulièrement lorsqu'il le fait pour empêcher un concurrent de racheter ces ferries", a estimé le vice-président de la Commission de la concurrence, Alasdair Smith, placé à la tête du groupe de travail chargé de se pencher sur le dossier.

Divergences franco-britanniques

Dans un rapport intermédiaire publié en février dernier, déjà contesté par Eurotunnel, l'autorité britannique avait fait part de son inquiétude quant aux atteintes à la concurrence que risquait d'entraîner cette acquisition.

Pour sa part, l'autorité française de la concurrence a validé en novembre 2012, et sous certaines conditions, le rachat d'actifs de SeaFrance par Eurotunnel.

L'opération, réalisée à l'été 2012, a permis au concessionnaire du tunnel de devenir propriétaire de trois navires du transporteur en faillite, qu'il loue désormais à MyFerryLink, une coopérative ouvrière formée par des anciens salariés de SeaFrance.

Pour obtenir le feu vert de l'autorité française, Eurotunnel s'est engagé, pour une durée de cinq ans, à ne pas accorder de remise à ses clients qui utiliseraient également le service de fret maritime de MyFerryLink.

Vers une cession des ferries?

Eurotunnel a annoncé jeudi son intention de faire appel d'une décision qu'il qualifie "d'incompréhensible, et gravement disproportionnée". L'interdiction prononcée "réduit l'offre de service sur le détroit, au détriment du consommateur. Elle se traduira inévitablement par une hausse des prix de la traversée", a réagi le PDG d'Eurotunnel, Jacques Gounon, dans un communiqué.

Dans une note d'analyse publiée jeudi, Aurel BGC estime pour sa part que "la situation se complique franchement pour Eurotunnel", qui entre "dans une période d'incertitude assez forte". Le courtier s'interroge notamment sur l'éventuelle levée de l'interdiction de revente des actifs SeaFrance prononcée pour une durée de cinq ans par le tribunal de commerce de Paris.

Le cours de Bourse d'Eurotunnel devrait être pénalisé à court terme, conclut Aurel, même si selon le courtier, "il n'est pas certain que la sortie du métier maritime pénalise Eurotunnel, les ferries n'étant probablement pas considérés comme un métier prometteur sur le long terme par le marché".

A 12h10, l'action Eurotunnel reculait de 1,3% à 6,03 euros, dans un marché en légère hausse.

-Thomas Varela, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 72; thomas.varela@dowjones.com

(END) Dow Jones Newswires

June 06, 2013 06:11 ET (10:11 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-