BFM Patrimoine

UPDATE2: GDF Suez: objectifs 2013-14 confirmés, résultat 2012 plombé par des dépréciations

BFM Patrimoine
-Chute de 61,3% du résultat net 2012 après 2 milliards d'euros de dépréciations -Hausse de 11% du résultat net récurrent part du groupe -Hausse de 3% de l'Ebitda à 17 milliards d'euros -Dette nette à 42,8 milliard d'euros après cession de SP

-Chute de 61,3% du résultat net 2012 après 2 milliards d'euros de dépréciations

-Hausse de 11% du résultat net récurrent part du groupe

-Hausse de 3% de l'Ebitda à 17 milliards d'euros

-Dette nette à 42,8 milliard d'euros après cession de SPP

-Le groupe confirme ses objectifs financiers pour 2013 et 2014

-GDF Suez entend accélérer sa transformation

-Dividende maintenu à 1,5 euro par action au titre de 2012

(Actualisation: précisions sur les résultats, l'endettement du groupe et ses investissements, réaction d'analyste et cours de Bourse).

PARIS (Dow Jones)--GDF Suez (GSZ.FR) a confirmé jeudi ses objectifs financiers pour 2013 et 2014, alors que le résultat net du groupe gazier a chuté de 61,3% l'année dernière après des dépréciations de 2 milliards d'euros portant "essentiellement sur des actifs européens".

Le résultat net du groupe s'est inscrit à 1,55 milliard d'euros en 2012, contre 4 milliards d'euros en 2011, bien que le chiffre d'affaires ait progressé de 7% à 97,04 milliards d'euros.

Selon un consensus réalisé par FactSet, les analystes tablaient en moyenne sur un résultat net de 3,52 milliards d'euros et sur un chiffre d'affaires de 93,49 milliards d'euros.

Le résultat opérationnel courant s'est établi à 9,52 milliards d'euros, contre 8,97 milliards d'euros en 2011.

La chute du résultat net est due à "des éléments non récurrents et d'ailleurs en majeur partie réversibles", a souligné le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, au cours d'une conférence téléphonique.

Le résultat net récurrent part du groupe a pour sa part progressé de 11% par rapport à 2011, à 3,8 milliards d'euros, tandis que l'excédent brut d'exploitation (Ebitda), en hausse "dans toutes les branches Energie", a augmenté de 3% à 17 milliards d'euros.

GDF Suez a précisé que la confirmation de ses objectifs financiers pour 2013 tenait compte de l'impact positif de la décision du 30 janvier 2013 du Conseil d'Etat sur les tarifs du gaz en France, du redémarrage des centrales belges de Doel 3 et Tihange 2 attendu au deuxième trimestre de 2013 et de la mise à jour des prix des commodités à la fin janvier 2013.

Compte tenu de ces hypothèses, GDF Suez prévoit pour 2013 un résultat net récurrent part du groupe compris entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros, "à climat moyen et régulation stable". "Cet objectif repose sur une estimation d'Ebitda comprise entre 13 et 14 milliards d'euros, après prise en compte de la mise en équivalence de Suez Environnement", a précisé GDF Suez.

"La performance attendue en 2014 sur le résultat net récurrent part du groupe sera comprise dans une fourchette identique à celle de 2013", a prévenu le groupe.

Cette année, les investissements bruts seront compris entre 7 et 8 milliards d'euros, tandis que le ratio dette nette/Ebitda sera inférieur ou égal à 2,5 avec le maintien d'une notation de catégorie "A". En 2012, les investissements bruts se sont inscrits à 10 milliards d'euros.

Accélérer la transformation

"Afin d'anticiper une conjoncture qui s'annonce difficile en Europe en 2013 et 2014, le groupe a décidé d'accélérer sa transformation, de simplifier ses structures et de réduire ses coûts, ses investissements et sa dette", a par ailleurs indiqué le responsable, cité dans un communiqué.

Le groupe a précisé que son plan stratégique "Perform 2015" devait apporter une contribution brute au compte de résultat de 3,5 milliards d'euros en 2015 "avec un impact sur le résultat net récurrent part du groupe de 0,2 milliard d'euros chaque année dès 2013". Le Plan doit ensuite apporter une contribution brute additionnelle de 1 milliard d'euros en 2015 "grâce à l'optimisation des capex et du besoin en fonds de roulement".

Le plan stratégique prévoit par ailleurs une réduction de la dette nette autour de 30 milliards d'euros à la fin 2014 et un programme d'optimisation d'actifs ayant un impact sur la dette nette de 11 milliards d'euros sur la période 2013-2014, "principalement concentré sur les marchés matures".

Au 31 décembre 2012, la dette nette du groupe s'inscrivait à 43,9 milliards d'euros, en baisse de 2 milliards d'euros par rapport à la fin septembre. "Après prise en compte de l'impact de la cession de la société (gazière) slovaque SPP, finalisée le 23 janvier 2013, la dette nette s'élève à 42,8 milliards d'euros, soit un ratio dette nette ajustée/Ebitda de 2,5x, ajustée de la cession de l'entreprise (gazière) slovaque SPP", a souligné GDF Suez.

Au titre de 2012, le groupe distribuera un dividende de 1,5 euro par action, soit au niveau de 2011.

A 14h15, le titre GDF Suez gagnait 0,7% à 14,52 euros. Dans une note à ses clients, Goldman Sachs a jugé que les résultats 2012 du groupe étaient conformes aux attentes du marché et estimé que la récente baisse des prix des matières premières n'avait pas d'impact sur les perspectives du groupe à moyen terme, ce qui est favorable du point de vue du dividende.

-Eric Chalmet Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 65; eric.chalmet@dowjones.com

(William Horobin a contribué à article)

(END) Dow Jones Newswires

February 28, 2013 08:16 ET (13:16 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-