BFM Patrimoine

UPDATE2: Crédit Agricole SA prépare un plan stratégique après des pertes historiques

BFM Patrimoine
-CASA vise un résultat "significativement positif" pour 2013 -CASA annoncera un plan stratégique sur trois ans à l'automne -La banque entend renforcer sa solvabilité -Le plan MUST doit permettre d'économiser 650 millions d'euros à l'h

-CASA vise un résultat "significativement positif" pour 2013

-CASA annoncera un plan stratégique sur trois ans à l'automne

-La banque entend renforcer sa solvabilité

-Le plan MUST doit permettre d'économiser 650 millions d'euros à l'horizon 2016

-Perte nette de 3,98 milliards d'euros au T4 2012

-Dépréciations et réévaluation de la dette ont affecté le T4

-Le PNB chute de 32% à 3,33 milliards d'euros au T4

-Perte nette de 6,47 milliards d'euros sur l'ensemble de 2012

-CASA versera un dividende en actions au titre de 2013

-Le projet de réforme bancaire affecterait environ 1% du PNB de CASA

-Groupe Crédit Agricole: ratio Core Tier 1 à 9,3% à fin décembre

-Groupe Crédit Agricole confirme l'objectif de Core Tier 1 supérieur à 10% à fin 2013

(Actualisation: CASA vise un résultat "significativement positif" en 2013, les garanties accordées à CASA par les caisses régionales de Groupe Crédit Agricole vont être augmentées, actualisation du cours de Bourse)

PARIS (Dow Jones)--Crédit Agricole SA (ACA.FR) s'est engagé mercredi à renforcer sa solvabilité et à présenter un nouveau plan stratégique triennal à l'automne prochain, après avoir accusé une perte nette de 3,98 milliards d'euros au quatrième trimestre 2012, creusée par des dépréciations et la réévaluation de sa dette propre.

"Nous avons tourné la page de la Grèce et transformé le groupe en profondeur", a déclaré le directeur général de l'établissement, Jean-Paul Chifflet, lors d'une conférence téléphonique, ajoutant que Crédit Agricole SA pouvait désormais se développer sur "de nouvelles bases".

Le directeur financier, Bernard Delpit, a pour sa part affirmé que la banque visait un résultat "significativement positif" en 2013, sans toutefois fixer d'objectif spécifique.

Plan de réduction des coûts

La banque a indiqué avoir achevé son plan d'adaptation annoncé en septembre 2011. "les objectifs de désendettement et d'optimisation de la consommation de fonds propres ont été dépassés. Les besoins de financement du groupe ont été réduits de 68 milliards d'euros, soit 136% de l'objectif, et les emplois pondérés de 57 milliards d'euros, soit 160% de l'objectif", a indiqué la banque dans un communiqué.

Celle-ci a par ailleurs annoncé avoir lancé plusieurs programmes de réduction de coûts en 2012. Parmi eux, le programme MUST doit permettre de réaliser 650 millions d'euros d'économies de charges à l'horizon 2016 dans les domaines de l'informatique, des achats et de l'immobilier, dans l'ensemble des activités de Crédit Agricole SA.

Pas de dégrèvement fiscal sur Emporiki

Au cours du trimestre écoulé, les dépréciations d'écarts d'acquisition, les dépréciations de titres, les impacts de la réévaluation de la dette, "l'exit tax ainsi que l'impact des conditions définitives de cession" de la filiale grecque Emporiki ont au total porté sur 4,53 milliards d'euros. Les dépréciations ont notamment concerné la banque de financement et d'investissement ainsi que la banque de proximité à l'international, dont l'établissement portugais Banco Espirito Santo (BES.LB) et l'italien Cariparma.

Bernard Delpit a indiqué que la banque n'avait été informée que lundi par le gouvernement français du fait qu'elle ne bénéficierait pas d'un dégrèvement fiscal lié aux pertes accusées lors de la cession d'Emporiki.

Selon un consensus réalisé par Dow Jones Newswires, les analystes attendaient en moyenne une perte trimestrielle de 3,12 milliards d'euros. Au cours de la période correspondante de 2011, Crédit Agricole SA avait accusé une perte nette de 3,07 milliards d'euros.

Sur l'ensemble de 2012, la perte nette de l'établissement s'est inscrite à 6,47 milliards d'euros.

Impact limité du projet de réforme bancaire

Le projet de réforme bancaire en France, qui obligerait les banques à cantonner une partie de leurs activités de banque d'investissement dans une entité séparée, n'affecterait qu'environ 1% du produit net bancaire de Crédit Agricole SA, a prévenu Jean-Paul Chifflet lors d'entretiens radiophoniques.

Ce projet de loi a été adopté mardi par l'Assemblée nationale. Cette réforme contraindrait les banques françaises à transférer leurs activités spéculatives au sein d'une entité financée séparément et interdirait certaines activités telles que le trading haute fréquence et la spéculation sur les matières premières agricoles.

Dividende en actions au titre de 2013

A la fin décembre, le ratio Core Tier 1 de Crédit Agricole SA sous Bâle 2.5 s'établissait à 9,7%, "ajusté de la déconsolidation d'Emporiki qui sera traduite dans les comptes du premier trimestre 2013", a précisé CASA. Ce ratio a progressé de 110 points de base par rapport au 31 décembre 2011. Cette amélioration provient principalement de la réduction "d'une quarantaine de milliards d'euros" d'emplois pondérés à la suite de la réalisation du plan d'adaptation de la banque.

CASA ne versera pas de dividende au titre de l'exercice 2012, mais distribuera un dividende en actions au titre de l'exercice 2013, a indiqué Jean-Paul Chifflet.

Chute du produit net bancaire

Au quatrième trimestre 2012, le produit net bancaire de CASA a chuté de 32% à 3,33 milliards d'euros.

Alors que l'établissement a fermé un chapitre douloureux de son histoire en cédant sa filiale grecque Emporiki, les dépréciations passées sur Cariparma illustrent les difficultés de son activité italienne, affaiblie par les créances douteuses.

Le Groupe Crédit Agricole, la maison mère de CASA, a annoncé mercredi que son ratio de solvabilité Core Tier 1 au sens de Bâle 3 s'inscrivait à 9,3% au 31 décembre 2012 et a confirmé l'objectif visant à le porter au-dessus de 10% à la fin 2013. Le groupe a annoncé que les garanties accordées à CASA par ses caisses régionales seraient augmentées.

A 15h00, le titre CASA gagnait 5,75% à 7,75 euros.

Mercredi dernier, Société Générale (GLE.FR) a publié une perte nette de 476 millions d'euros au titre du quatrième trimestre, ses résultats ayant été affectés par une charge comptable. BNP Paribas (BNP.FR) a pour sa part publié un résultat net trimestriel en chute de 32,8% à 514 millions d'euros, après une dépréciation sur sa branche italienne BNL.

-Eric Chalmet et Noémie Bisserbe, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 65; eric.chalmet@dowjones.com; noemie.bisserbe@dowjones.com

(Maylis Jouaret a contribué à cet article).

(END) Dow Jones Newswires

February 20, 2013 09:22 ET (14:22 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-