BFM Patrimoine

UPDATE: Schneider Electric: objectifs 2013 confirmés, recul de 3,7% des ventes au T1

BFM Patrimoine

(Actualisation: Précisions sur les perspectives en Europe du Sud et en Amérique du Nord, formulées lors d'un entretien à Dow Jones Newswires du directeur financier du groupe, Emmanuel Babeau). PARIS (Dow Jones)--L'équipementier électrique Schne

(Actualisation: Précisions sur les perspectives en Europe du Sud et en Amérique du Nord, formulées lors d'un entretien à Dow Jones Newswires du directeur financier du groupe, Emmanuel Babeau).

PARIS (Dow Jones)--L'équipementier électrique Schneider Electric (SU.FR) a confirmé mardi ses objectifs pour 2013 alors que son chiffre d'affaires a reculé de 2,7% sur une base organique au cours du premier trimestre, "essentiellement en raison d'un nombre plus faible de jours ouvrés" qui a contribué à hauteur de 1,6% à cette baisse. En données courantes, le repli de l'activité du groupe s'est établi à 3,7%, a précisé le groupe dans un communiqué.

Les revenus de l'équipementier se sont inscrits à 5,21 milliards d'euros au premier trimestre. En données courantes, le chiffre d'affaires a reculé de 6% à 1,6 milliard d'euros en Europe de l'Ouest, il est demeuré stable à 1,4 milliard d'euros en Asie-Pacifique, mais s'est replié de 6% à 1,33 milliard d'euros en Amérique du Nord où il avait bondi de 21% au cours de la période correspondante de 2012. Les ventes ont diminué de 3% à 895 millions d'euros dans le reste du monde.

Difficultés en Europe du Sud

"L'amélioration en Chine a permis le retour de la croissance en Asie-Pacifique et les autres nouvelles économies ont poursuivi leur croissance", a commenté Jean-Pascal Tricoire, président du directoire, cité dans le communiqué.

"Nous observons des tendances positives en Amérique du Nord sur plusieurs de nos marchés finaux, malgré une performance négative, marquée par quelques éléments non récurrents et une base de comparaison élevée", a ajouté le dirigeant, soulignant que "l'Europe de l'Ouest demeure difficile".

Dans un entretien accordé à Dow Jones Newswires, le directeur financier du groupe, Emmanuel Babeau,a déclaré que l'évolution de l'activité dans les pays d'Europe du Sud, qui comprend la France, restera "négative" en 2013. Le responsable s'attend à une légère croissance du chiffre d'affaires du groupe en Amérique du Nord en 2013, qui devrait être porté par le résidentiel ainsi que les activités dans le pétrole et le gaz, mais être pénalisé par les restrictions budgétaires adoptées par le Congrès.

L'activité Infrastructure se distingue

En matière de métiers, seule la division Infrastructure a enregistré une hausse de ses ventes en croissance courante (+,2,1% à 1,11 milliard d'euros) tandis que les autres activités ont accusé un repli, qu'il s'agisse de Partner (-4,2% à 1,93 milliard d'euros), Industry (-6,1% à 1,01 milliard d'euros), IT (-5,1% à 793 millions d'euros) ou Buildings (-7,6% à 367 millions d'euros).

Pour l'ensemble de 2013, le groupe a confirmé mardi qu'il visait une "croissance organique modérée à un chiffre (low single digit) pour le chiffre d'affaires". Le groupe table de plus sur une marge d'Ebita (résultat opérationnel courant) ajusté "stable à légèrement en hausse".

"Bien que la visibilité reste limitée, l'évolution de l'activité sur le premier trimestre est en ligne avec les attentes du groupe", a indiqué Schneider Electric. "L'amélioration de la Chine se confirme, les nouvelles économies sont globalement solides, les défis sont significatifs en Europe de l'Ouest et les tendances sous-jacentes légèrement positives en Amérique du Nord", a ajouté l'équipementier.

-Eric Chalmet et Inti Laundaro, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 75; eric.chalmet@dowjones.com; inti.laundaro@dowjones.com

(END) Dow Jones Newswires

April 23, 2013 02:58 ET (06:58 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-