BFM Patrimoine

UPDATE: Le conseil d'administration d'Accor nomme Sébastien Bazin PDG du groupe hôtelier

BFM Patrimoine

-Sébastien Bazin nommé PDG général d'Accor -Sébastien Bazin a mis fin à tous ses mandats chez Colony Capital -Philippe Citerne est nommé vice-président du conseil d'administration d'Accor -Yann Caillère, directeur général d'Accor, va quitt

-Sébastien Bazin nommé PDG général d'Accor

-Sébastien Bazin a mis fin à tous ses mandats chez Colony Capital

-Philippe Citerne est nommé vice-président du conseil d'administration d'Accor

-Yann Caillère, directeur général d'Accor, va quitter le groupe

-Accor est l'une des rares valeurs du SBF 120 à évoluer dans le vert

(Actualisation: précisions sur le parcours professionnel de Sébastien Bazin, la stratégie du groupe Accor et réaction en Bourse).

PARIS (Dow Jones)--Le conseil d'administration d'Accor (AC.FR) a approuvé mardi la nomination de Sébastien Bazin en tant que PDG du groupe hôtelier, selon un communiqué du groupe.

Sébastien Bazin, qui représentait le fonds Colony Capital au conseil d'administration d'Accor depuis 2005, deviendra le quatrième directeur général d'Accor en huit ans. Sa prise de fonction est immédiate.

Depuis avril, Accor était dirigé par une équipe "de transition" au sein de laquelle Sébastien Bazin, le patron de Colony Capital Europe, avait pris la vice-présidence du conseil. "Pour prendre en charge ces nouvelles fonctions, Sébastien Bazin a mis fin à tous ses mandats chez Colony Capital qu'il dirigeait en Europe depuis 1997", a indiqué le communiqué.

Philippe Citerne, qui assurait la présidence non exécutive du groupe depuis avril, est nommé vice-président du conseil d'administration d'Accor. Yann Caillère, directeur général d'Accor, va pour sa part quitter le groupe.

Avec la nomination de Sébastien Bazin, Accor espère mettre un terme à une série de réorganisations de son management. En avril dernier, le groupe a remercié son PDG Dennis Hennequin, deux ans après sa prise de fonction, en raison des divergences stratégiques entre le dirigeant et les principaux actionnaires d'Accor, Colony Capital et Eurazeo. Ces fonds détiennent à eux deux 21% du capital du groupe hôtelier et occupent 4 de ses 10 sièges de son conseil d'administration.

Accor n'a pas indiqué la nature du désaccord entre Dennis Hennequin et ces fonds mais, selon une source proche du dossier, Colony Capital et Eurazeo reprochaient au responsable de ne pas développer de nouveaux hôtels assez vite, en particulier dans les marchés émergents.

Accélérer le plan stratégique du groupe

Au cours des dernières années, Colony Capital et Eurazeo ont poussé Accor à prendre des orientations stratégiques radicales. En 2009, le groupe a scindé son activité de services prépayés Edenred (EDEN.FR) afin d'accroître la valeur pour ses actionnaires. Le groupe a ensuite adopté le modèle dit "asset light", moins gourmand en capitaux.

Sébastien Bazin aura pour tâche d'accélérer le plan stratégique du groupe. En début d'année, le groupe a dévoilé un plan à l'horizon 2016 destiné à doper sa croissance et ses marges en accentuant le virage de la gestion de son parc d'hôtels vers un modèle axé sur les contrats de franchise et de management, une stratégie déjà adoptée par ses rivaux Marriott International et Starwood Hotels & Resorts.

A l'horizon 2016, Accor veut que 80% de son parc hôtelier soit géré en franchise ou contrat de management, contre 58% en juin.

Grâce à ce plan, Accor entend porter sa rentabilité opérationnelle à 15% en 2016, contre 9,3% en 2012, et réduire sa dette retraitée de 2 milliards d'euros à cet horizon. L'hôtelier veut également réaliser la moitié de son résultat opérationnel dans les pays émergents, contre 15% en 2011.

Ayant rejoint la société d'investissement américaine Colony Capital en 1997, Sébastien Bazin a piloté et participé à de "nombreux investissements dans le domaine de l'hôtellerie, dont l'acquisition des chaînes d'hôtellerie de luxe Fairmount et Raffles, l'acquisition et la gestion de parcs d'actifs hôteliers auprès de La Générale des Eaux, du Club Méditerranée et d'Accor, la prise de participation dans Groupe Lucien Barrière et l'investissement dans Accor", rappelle le communiqué.

Agé de 51 ans, Sébastien Bazin avait précédemment été directeur de la banque d'investissement Hottinguer Rivaud Finances avant de devenir en 1992 directeur général de la société Immobilière Hôtelière, spécialiste du développement de projets hôteliers haut de gamme.

A 12h35, le titre Accor gagnait 0,4% à 29,34 euros, figurant parmi les rares valeurs du SBF 120 à évoluer en territoire positif. Le groupe publiera ses résultats semestriels mercredi.

-Nadya Masidlover et Christina Passariello, nadya.masidlover@wsj.com christina.passariello@wsj.com (Ruth Bender et Eric Chalmet ont contribué à cet article)

(END) Dow Jones Newswires

August 27, 2013 06:54 ET (10:54 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-