BFM Patrimoine

UPDATE: Google a 3 à 4 mois pour modifier ses règles de confidentialité - Cnil

BFM Patrimoine

--La Cnil donne trois à quatre mois à Google pour modifier sa politique de confidentialité --Les régulateurs européens jugent ses pratiques non conformes à la législation européenne --Google assure que sa politique respecte la loi européenne

--La Cnil donne trois à quatre mois à Google pour modifier sa politique de confidentialité

--Les régulateurs européens jugent ses pratiques non conformes à la législation européenne

--Google assure que sa politique respecte la loi européenne sur la protection des données personnelles

(Actualisation: précisions sur les recommandations de la Cnil, réponse de Google, précisions sur la politique actuelle du groupe)

PARIS (Dow Jones)--Le géant américain de l'Internet Google (GOOG) dispose de trois à quatre mois pour mettre en conformité ses règles de confidentialité avec la législation européenne sur la protection des données personnelles, a déclaré mardi la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

La Cnil, mandatée par les 26 autres organismes équivalents de l'Union européenne (UE), a jugé que les pratiques de Google n'étaient pas conformes à la législation de l'UE en matière de protection des données personnelles et a recommandé que des modifications soient apportées à certains services comme son moteur de recherche et son réseau social Google+.

"Google a quelques mois, trois ou quatre mois, pour se mettre en conformité. S'il ne prend aucune mesure, alors nous entrerons dans une phase contentieuse", a indiqué la présidente de la Cnil, Isabelle Falque-Pierrotin.

Dans une lettre de trois pages adressée au directeur général de Google, Larry Page, les autorités européennes ont déclaré que les modifications apportées cette année à la politique de confidentialité du géant américain n'étaient "pas conformes" à la directive européenne sur la protection des données, qui demande aux entreprises de rendre publique l'utilisation qu'elles font des données des internautes.

La Cnil demande à Google de respecter plusieurs recommandations, parmi lesquelles la mise en place de trois niveaux de notices de confidentialité à destination des usagers, le développement de "présentations interactives permettant à l'usager de naviguer facilement dans les contenus des politiques [de confidentialité]; et l'apport d'informations plus précises concernant les données ayant un impact significatif sur les usagers", comme les données d'emplacements et de cartes de crédit.

Les régulateurs européens souhaitent également que le groupe apporte des changements plus importants dans la façon dont il traite les données des utilisateurs, en leur donnant plus facilement la possibilité d'être exclus de la collecte de données à des fins de publicité comportementale et d'analyses internes, ainsi que la possibilité d'utiliser en même temps l'un des services de Google en s'y étant connecté, et un autre service de manière anonyme.

Google a défendu mardi sa politique de confidentialité en réponse aux critiques de la Cnil.

"Notre nouvelle politique de confidentialité prouve notre engagement de longue date à protéger les informations de nos utilisateurs et à créer des produits de qualité. Nous sommes convaincus que nos déclarations de confidentialité respectent la législation européenne", a déclaré dans un courriel Peter Fleischer, conseiller de Google pour les questions de confidentialité, ajoutant que le groupe examinait actuellement le rapport du régulateur. "Nous avons reçu le rapport et nous sommes en train de l'examiner", a précisé le responsable.

Google a fusionné cette année des dizaines de politiques de confidentialité régissant ses différents services Internet, de manière à ce que si les utilisateurs se sont connectés à leurs comptes Google, des données concernant l'historique de leurs recherches Internet et les vidéos qu'ils ont regardées sur YouTube, par exemple, puissent être utilisées pour des croisements de données avec d'autres services.

-Sam Schechner, The Wall Street Journal, et Amir Efrati, Dow Jones Newswires

(Version française Céline Fabre, Emilie Palvadeau)

(END) Dow Jones Newswires

October 16, 2012 07:51 ET (11:51 GMT)

© 2012 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-