BFM Patrimoine

UPDATE: ENTRETIEN: Airbus bien parti pour doubler sa marge opérationnelle d'ici à 2015 - PDG

BFM Patrimoine

(Actualisation: contexte, précisions sur la marge opérationnelle) TOULOUSE (Dow Jones)--L'avionneur européen Airbus, filiale du groupe d'aéronautique et de défense EADS (EAD.FR), est bien parti pour plus que doubler sa marge opérationnelle d'ic

(Actualisation: contexte, précisions sur la marge opérationnelle)

TOULOUSE (Dow Jones)--L'avionneur européen Airbus, filiale du groupe d'aéronautique et de défense EADS (EAD.FR), est bien parti pour plus que doubler sa marge opérationnelle d'ici à 2015, grâce à une amélioration du rendement et à un remaniement de la direction de l'entreprise, a déclaré son président-directeur général, Fabrice Brégier.

Fabrice Brégier, 51 ans, qui a repris le poste de PDG d'Airbus en juin dernier, a indiqué dans un entretien qu'il s'employait à faire évoluer la façon dont Airbus construisait des avions, en donnant plus d'autonomie aux patrons d'usines et en insufflant un esprit d'entreprise à travers le groupe.

Cet entretien a été accordé au Wall Street Journal avant le début du salon aéronautique du Bourget, au cours duquel Airbus devrait annoncer de nombreux contrats.

Airbus et son rival américain Boeing (BA) bénéficient de carnets de commandes pleins à craquer, équivalents à quelque huit années de production, si bien que les investisseurs se focalisent davantage sur la rentabilité des avionneurs que sur le nombre de contrats supplémentaires qu'ils obtiennent.

Plus de 800 commandes attendues en 2013

Fabrice Brégier a précisé s'attendre à comptabiliser plus de 800 nouvelles commandes cette année, en incluant les 517 déjà enregistrées. Mais la priorité du groupe est de respecter son carnet de commandes, a-t-il ajouté.

Les mutations imposées par Fabrice Brégier interviennent alors que la maison mère d'Airbus, EADS, s'adapte à des modifications de sa propre structure, qui devraient accroître la pression pour que l'entreprise améliore ses bénéfices. Les actionnaires de contrôle d'EADS, dont l'Etat français et le motoriste allemand Daimler (DAI.XE), ont réduit cette année leurs participations dans le groupe, ce qui a fait augmenter la part du flottant à 72%, contre 54% initialement.

La marge devrait doubler dans les deux années à venir

L'an dernier, EADS a dégagé une marge bénéficiaire nette de 2,2% et un chiffre d'affaires de 56 milliards d'euros, tandis qu'Airbus, sa division la plus importante, a enregistré une marge opérationnelle d'environ 4% et un chiffre d'affaires de 39 milliards d'euros.

Fabrice Brégier s'est déclaré confiant dans la capacité d'Airbus à porter sa marge opérationnelle à 10% dans les deux prochaines années, si l'on exclut les frais de lancement de l'A350 XWB. Le nouveau biréacteur d'Airbus a réalisé son vol inaugural vendredi et sa première livraison est prévue pour l'année prochaine, après toute une batterie de tests.

Airbus prévoit d'accroître rapidement sa production d'A350, ce qui générerait des revenus conséquents, mais impliquerait également des coûts importants en amont. EADS comptabilise la totalité des coûts de ses programmes l'année où ils se produisent, plutôt que de les répartir sur l'ensemble du programme, comme le fait Boeing (BA). EADS se trouve, par conséquent, fréquemment confronté à des charges exceptionnelles élevées.

Sur la période de janvier à mai 2013, Airbus a livré 247 avions, soit près de 10% de plus qu'au cours des cinq premiers mois de l'année précédente.

-Daniel Michaels, The Wall Street Journal

(Version française Céline Fabre)

(END) Dow Jones Newswires

June 17, 2013 03:40 ET (07:40 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-