BFM Patrimoine

UPDATE: Dexia a coûté au moins 6,6 milliards d'euros à l'Etat français - Cour des comptes

BFM Patrimoine
(Actualisation: contexte et précisions sur le calcul de la Cour des comptes) PARIS (Dow Jones)--Le sauvetage de la banque franco-belge Dexia (DEXB.BT) a coûté 6,6 milliards d'euros au contribuable français, et la facture pourrait encore grimper,

(Actualisation: contexte et précisions sur le calcul de la Cour des comptes)

PARIS (Dow Jones)--Le sauvetage de la banque franco-belge Dexia (DEXB.BT) a coûté 6,6 milliards d'euros au contribuable français, et la facture pourrait encore grimper, ce qui met en évidence la nécessité d'une supervision renforcée des banques européennes, a déclaré jeudi la Cour des comptes.

"Le cas de Dexia illustre l'absolue nécessité d'améliorer la supervision et la résolution bancaire au niveau européen", a indiqué Didier Migaud, le Premier président de la Cour des comptes. "L'existence de déficiences graves dans la gestion de Dexia, et le coût important qui en a résulté pour le contribuable, auraient dû conduire à rechercher les responsabilités dans le sinistre et à sanctionner les responsables", a-t-il ajouté.

Si l'économie française ne se redresse pas rapidement, Dexia pourrait avoir besoin d'une nouvelle recapitalisation, ce qui entraînerait des coûts supplémentaires pour l'Etat, a-t-il prévenu.

Les propos de Didier Migaud, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Paris, interviennent alors que les gouvernements de la zone euro s'efforcent de poser les fondations d'une union bancaire, qui doit reposer sur une autorité unique de supervision des banques de la région et sur un "mécanisme unique de résolution" des crises bancaires.

L'objectif est de limiter les conséquences des défaillances bancaires et de protéger les contribuables en leur évitant d'en supporter les coûts, mais des différends sont récemment apparus entre les Etats membres sur l'ampleur des pouvoirs à conférer à l'autorité unique de résolution des crises bancaires.

Dexia était, jusqu'à l'éclatement de la crise financière en 2008, l'un des premiers groupes mondiaux de prêts aux collectivités locales. A la fin 2008, le groupe affichait un bilan de plus de 650 milliards d'euros, qu'il n'était plus en mesure de refinancer.

Le gel du marché interbancaire à la fin 2011 n'a fait que fragiliser davantage la situation de la banque.

Les gouvernements français et belge sont intervenus pour sauver Dexia: Bruxelles a nationalisé la filiale locale de la banque, plusieurs divisions ont été mises en vente et les deux gouvernements ont apporté au groupe des garanties d'Etat pour l'aider à couvrir ses besoins de financement.

Le calcul présenté jeudi par la Cour des comptes est la somme des différentes mesures adoptées pour sauver Dexia, y compris deux injections de capitaux. Il inclut également le coût supporté par la Caisse des Dépôts, qui détenait une participation de 14% dans Dexia.

L'analyse de la Cour des comptes ne tient en revanche pas compte du coût supporté par l'Etat belge.

-Noémie Bisserbe, Dow Jones Newswires

(William Horobin a contribué à cet article)

(Version française Emilie Palvadeau)

(END) Dow Jones Newswires

July 18, 2013 11:26 ET (15:26 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-