BFM Patrimoine

UPDATE: Crédit Agricole SA perd 2,8 mds euros au T3, ne prévoit pas d'augmentation de capital

BFM Patrimoine
--Perte nette de 2,85 milliard d'euros pour CASA au T3 --La cession d'Emporiki a eu un impact négatif de 1,96 milliard d'euros au T3 --La direction n'envisage pas "pour l'instant" d'augmentation de capital --La réévaluation de la dette a

--Perte nette de 2,85 milliard d'euros pour CASA au T3

--La cession d'Emporiki a eu un impact négatif de 1,96 milliard d'euros au T3

--La direction n'envisage pas "pour l'instant" d'augmentation de capital

--La réévaluation de la dette a coûté 1 milliard d'euros sur le trimestre

--Des offres pour la participation dans Bankinter, jugées sans intérêt

(Actualisation: précisions sur l'impact de la réévaluation de la dette, la direction du groupe n'envisage pas d'augmentation de capital, commentaires sur le solde de la participation dans Bankinter).

PARIS (Dow Jones)--Crédit Agricole SA (ACA.FR) a annoncé vendredi que la cession de sa filiale grecque Emporiki (TEMP.AT) a eu un impact négatif de 1,96 milliard d'euros sur son résultat net du troisième trimestre 2012, plombant lourdement ses comptes sur la période.

La banque a également passé une dépréciation d'écart d'acquisition sur le crédit à la consommation de 572 millions d'euros tandis qu'une réévalution de sa dette lui a coûté 1,01 milliard d'euros.

Crédit Agricole SA (CASA) a ainsi accusé une perte nette de 2,85 milliards d'euros au troisième 2012, bien supérieure aux attentes du marché, et a précisé que ses résultats de 2011 avaient été retraités en raison du passage aux normes comptables IFRS des filiales Emporiki et Cheuvreux. Voilà un an, la banque avait publié un bénéfice de 258 millions d'euros pour le troisième trimestre de 2011.

Ces résultats sont fraîchement accueillis par les marchés: à 9h50, le titre Crédit Agricole SA perdait 7,1% à 5,50 euros.

En dépit des efforts de restructuration de Crédit Agricole SA, les analystes craignent que l'établissement soit contraint de se recapitaliser pour respecter les objectifs de Bâle 3 d'un ratio de solvabilité de 9% d'ici à 2013.

Au cours d'une conférence téléphonique, le directeur général de Crédit Agricole, Jean-Paul Chifflet, a toutefois assuré que la banque n'envisageait pas "pour l'instant" d'augmentation de capital.

Au 30 septembre, le ratio Core Tier 1 Bâle 2.5 de Crédit Agricole SA s'inscrivait à 9,3% contre 9,6% au 30 juin 2012.

Le résulat net du troisième trimestre 2012 reflète également "l'amélioration de la qualité des signatures" de Crédit Agricole SA et de sa banque d'investissement (CACIB) et "sa conséquence comptable": la réévaluation de la dette liée au risque de crédit propre dont l'impact négatif s'inscrit à 647 millions d'euros.

La révaluation de la dette sur la partie "compte propre et divers" a pour sa part coûté 371 millions d'euros.

Le résultat net a aussi pâti de la cession en cours du courtier CA Chevreux (-181 millions d'euros) et de la déconsolidation de la banque espagnole Bankinter (BKT.MC) (-193 millions d'euros) après le franchissement à la baisse du seuil de 20% à la fin août 2012. Le directeur financier, Bernard Delpit, a annoncé vendredi que Crédit Agricole avait reçu plusieurs offres pour sa participation dans Bankinter mais que celles-ci n'avaient pas été jugées intéressantes.

Hors ces "éléments spécifiques" (réévaluation de la dette, cession d'Emporiki et de Cheuvreux, plan d'adaptation dépréciation d'écart d'acquisition, et perte de déconsolidation de Bankinter), le résultat net de Crédit Agricole SA se serait élevé à 716 millions d'euros, a souligné le groupe.

Le produit net bancaire chute

Le produit net bancaire de l'établissement a chuté de 32% à 3,43 milliards d'euros au troisième trimestre 2012.

Selon un consensus réalisé par Dow Jones Newswires, les analystes tablaient sur une perte de 1,76 milliard d'euros et sur un produit net bancaire de 3,98 milliards d'euros.

Le mois dernier, la banque française a annoncé avoir vendu Emporiki pour 1 euro symbolique à sa compatriote Alpha Bank (ALPHA.AT). Cette cession a été coûteuse pour Crédit Agricole qui a accepté d'injecter 550 millions d'euros dans Emporiki avant de s'en séparer et de maintenir une ligne de crédit de 1,4 milliard d'euros à disposition de la banque grecque.

Crédit Agricole SA cherchait à se séparer de cette filiale acquise en 2006, qui l'a exposée à la profonde récession traversée par la Grèce et conduit à essuyer de lourdes pertes.

Cotée depuis 2001, Crédit Agricole SA appartient à hauteur de 55% au Groupe Crédit Agricole, dont la perte nette s'est inscrite à 2,2 milliards d'euros au troisième trimestre tandis que son produit net bancaire a atteint 7,03 milliards d'euros, en hausse de 17,9% par rapport à la période correspondante de 2011.

Groupe Crédit Agricole a indiqué mardi que son ratio Core Tier 1 s'inscrivait à 11,3%, en hausse de 110 points de base par rapport à la fin décembre 2011.

-Noémie Bisserbe et Eric Chalmet, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 40; eric.chalmet@dowjones.com; noemie.bisserbe@dowjones.com

(END) Dow Jones Newswires

November 09, 2012 03:51 ET (08:51 GMT)

© 2012 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-