BFM Patrimoine

UPDATE: Alstom gagne 15%, porté par les spéculations sur une offre de General Electric

BFM Patrimoine

(Actualisation: déclarations de Manuel Valls, informations de sources, précisions des porte-paroles des deux groupes, commentaires d'analystes, contexte, cours de Bourse) PARIS (Dow Jones)--L'action Alstom (ALO.FR) s'inscrit en forte hausse jeudi

(Actualisation: déclarations de Manuel Valls, informations de sources, précisions des porte-paroles des deux groupes, commentaires d'analystes, contexte, cours de Bourse)

PARIS (Dow Jones)--L'action Alstom (ALO.FR) s'inscrit en forte hausse jeudi à la Bourse de Paris, bien que le groupe industriel ait affirmé ne pas être informé d'une éventuelle offre publique d'achat après des informations de presse faisant état d'une proposition du conglomérat américain General Electric (GE). Le titre grimpe de 15% à 27,86 euros en début d'après-midi.

Alstom a indiqué avoir eu des discussions avec General Electric par le passé concernant des dossiers non spécifiés, mais a affirmé n'avoir aucune information au sujet d'un éventuel projet d'acquisition.

"Je ne peux pas vous dire qu'il n'y a jamais eu de conversations entre Alstom et GE sur d'autre sujets", a expliqué une porte-parole d'Alstom. "Mais cela mène à des spéculations et à des rumeurs."

Echanges réguliers entre Alstom et GE

Le groupe étudie constamment les options stratégiques pour ses activités, a précisé Alstom dans un communiqué. Il prévoit de communiquer, lors de la publication de ses résultats annuels le 7 mai, une actualisation des perspectives de ses activités.

Un porte-parole de GE n'a pas souhaité s'exprimer.

L'action Alstom a ouvert jeudi matin en hausse de 16%, avant de céder un peu de terrain, l'agence Bloomberg News ayant rapporté mercredi que General Electric avait engagé des négociations avec Alstom en vue d'acquérir le groupe français pour 13 milliards de dollars.

Une personne ayant directement connaissance du dossier a précisé qu'il existait des échanges réguliers entre GE et Alstom au sujet d'éventuels partenariats industriels, mais qu'il n'y avait aucune négociation entre les deux groupes au sujet d'une éventuelle cession.

Des difficultés liées à une conjoncture défavorable

Alstom est pénalisé par la baisse des dépenses d'investissement des entreprises européennes de services aux collectivités, une croissance économique atone en Europe et encore plus sur les marchés émergents. Le président-directeur général du groupe, Patrick Kron, a dévoilé en novembre dernier un plan d'économies d'environ 2 milliards de dollars, comprenant des suppressions d'emplois et d'autres mesures. Le groupe envisage par ailleurs de lever des capitaux frais en vendant une participation minoritaire dans Alstom Transport et en cédant des actifs non stratégiques.

Les difficultés du groupe ont lourdement pesé sur son premier actionnaire, le conglomérat Bouygues (EN.FR), qui a annoncé en février qu'il dépréciait la valeur de sa participation dans Alstom de 1,4 milliard d'euros.

Un porte-parole de Bouygues a indiqué jeudi que le groupe de BTP soutenait la stratégie d'Alstom. "Bouygues rappelle qu'il est un actionnaire significatif d'Alstom, mais qu'il ne contrôle pas cette société", a-t-il souligné.

Vers 13h45, l'action Bouygues gagnait 4,3% à 30,25 euros.

Le gouvernement attentif au dossier Alstom

Interrogé lors d'un déplacement à Saint-Lubin-des-Joncherets (Eure-et-Loir) sur les spéculations de rachat d'Alstom par GE, le Premier ministre, Manuel Valls, a déclaré jeudi qu'il s'agissait de "rumeurs". "Nous ne commentons pas les rumeurs", a-t-il affirmé.

"Nous suivons ce dossier avec attention", a toutefois ajouté Manuel Valls.

Au sujet d'éventuels rapprochements entre des groupes français et étrangers, le Premier ministre a affirmé: "Nous sommes attentifs aux emplois, aux technologies et aux centres de décisions".

GE cherche à rééquilibrer ses activités

Le président-directeur général de GE, Jeff Immelt, s'efforce de dynamiser les résultats des activités industrielles du groupe américain, auxquelles les investisseurs accordent plus d'importance qu'à son pôle de financement, très rentable mais jugé plus risqué. Jeff Immelt a promis aux actionnaires de réduire la voilure de GE Capital.

A cette fin, le conglomérat compte vendre sa branche nord-américaine de crédit à la consommation, mais la croissance des activités industrielles est assez lente et une acquisition permettrait de rééquilibrer plus rapidement le portefeuille du groupe.

Jeff Immelt a indiqué avoir une préférence pour de petites acquisitions, de l'ordre de 1 à 4 milliards de dollars. La semaine dernière, il a toutefois élargi cette fenêtre pour y inclure des "opérations opportunes présentant une excellente valeur, de fortes synergies, correspondant à nos stratégies de croissance et immédiatement relutives".

"Malgré un manque de capitaux à court terme, Alstom présente sur le long terme une bonne collection d'actifs, dont la meilleure technologie de transport ferroviaire à grande vitesse du marché", constate William Mackie, analyste chez Berenberg. "C'est une bonne cible pour General Electric, avec une valorisation raisonnable."

-Inti Landauro et Kate Linebaugh, Dow Jones Newswires

(Noémie Bisserbe, Ruth Bender, Blandine Hénault et Eric Chalmet ont contribué à cet article)

(Version française Emilie Palvadeau)

(END) Dow Jones Newswires

April 24, 2014 08:01 ET (12:01 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-