BFM Patrimoine

UPDATE: Allemagne: la confiance des entreprises s'est dégradée plus que prévu en mai

BFM Patrimoine

(Actualisation: sous-indices des conditions actuelles et des perspectives, commentaires du président de l'IFO et d'analystes, et informations sur les chiffres de la croissance publiés vendredi matin.) FRANCFORT (Dow JOnes)--La confiance des entrepr

(Actualisation: sous-indices des conditions actuelles et des perspectives, commentaires du président de l'IFO et d'analystes, et informations sur les chiffres de la croissance publiés vendredi matin.)

FRANCFORT (Dow JOnes)--La confiance des entreprises allemandes s'est dégradée plus que prévu au mois de mai, selon les données publiées vendredi par l'institut de conjoncture allemand IFO, ce qui suggère un ralentissement de la première économie d'Europe après un début d'année robuste.

L'indice IFO du climat des affaires en Allemagne est ressorti à 110,4 en mai, contre 111,2 en avril. Les analystes interrogés par le Wall Street Journal tablaient sur un indice à 111 en mai.

Le sous-indice des conditions actuelles a fléchi à 114,8, contre 115,3 en avril, et celui des perspectives a reculé à 106,2, contre 107,3 le mois précédent.

L'euro s'est déprécié face au dollar en réaction à cette publication.

"Une accalmie de l'économie allemande a été observée en mai", a indiqué le président de l'institut IFO, Hans-Werner Sinn, dans un communiqué. Il a ajouté que dans le secteur manufacturier, le climat des affaires s'était légèrement détérioré, mais qu'il restait bon. Les industriels continuent d'"anticiper de plus fortes impulsions de la part des exportations", a-t-il indiqué.

Bien que l'économie allemand ralentisse dans son ensemble, elle reste en bonne santé, indiquent des analystes.

"La dynamique sous-jacente de l'Allemagne [...] reste très positive", observe Evelyn Herrmann, économiste chez BNP Paribas, dans une note de recherche. Celle-ci s'attend à ce que l'économie allemande affiche une croissance de 0,4% au deuxième trimestre, après un taux de 0,8% au premier trimestre.

Toutefois, sans une croissance plus vigoureuse de sa première puissance économique, la zone euro aura du mal à se redresser après sa faible croissance de 0,2% du premier trimestre. Si l'on exclut l'Allemagne, l'économie de la zone euro s'est légèrement contractée au trimestre dernier.

Vendredi matin, l'Office fédéral de la statistique en Allemagne a confirmé ses premières estimations d'une croissance de 0,8% du PIB du pays sur les trois premiers mois de l'année par rapport au quatrième trimestre 2013 et d'une hausse de 2,3% sur un an. L'Allemagne a réduit sa dépendance envers les exportations, moteur traditionnel de sa croissance, et s'appuie davantage sur la demande intérieure, d'après ces données. Les économistes s'attendent toutefois à ce que le taux de croissance du pays se modère à l'avenir, car les conditions météorologiques favorables en début d'année ont donné un coup de fouet au secteur de la construction, ce qui ne devrait pas durer au deuxième trimestre.

-Todd Buell, Dow Jones Newswires

(Version française Maylis Jouaret)

(END) Dow Jones Newswires

May 23, 2014 06:33 ET (10:33 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-