BFM Patrimoine

Une nouvelle étude indique que les entreprises sont moins frileuses à l’égard des réseaux sociaux

BFM Patrimoine
Les DSI et les Directeurs IT des États-Unis et de 5 grands marchés européens ont considérablement réduit le blocage de la quasi-totalité des médias sociaux Une nouvelle étude intitulée KillerApps 2013, publi

Les DSI et les Directeurs IT des États-Unis et de 5 grands marchés européens ont considérablement réduit le blocage de la quasi-totalité des médias sociaux

Une nouvelle étude intitulée KillerApps 2013, publiée aujourd'hui par Easynet Global Services et Ipanema Technologies, montre que les entreprises bloquent moins d'applications de médias sociaux en comparaison à l'an dernier. Elle révèle en particulier que le nombre de DSI et de Directeurs IT bloquant Facebook au nom de leurs entreprises a diminué de 15% par rapport à 2012, la baisse étant de 17% pour YouTube sur la même période.

Application % de blocage en 2013 % de blocage en 2012 Variation Facebook 52% 67% -15% YouTube 43% 60% -17% Twitter 42% 50% -8% TV/ vidéo en ligne 28% 56% -28% e-mail privé (p.ex. Hotmail/ Gmail) 25% 32% -7% Linkedin 21% 18% +3%

Tableau montrant la variation des niveaux de blocage des médias sociaux sur tous les marchés examinés

Thierry Grenot, Vice-Président exécutif chez Ipanema Technologies, a déclaré : « Les réseaux sociaux présentent de gros avantages pour les entreprises, les responsables informatiques ont donc tendance à alléger leurs contrôles, une évolution qui sera sans doute bien accueillie. Toutefois, les divisions informatiques ont à présent un défi à relever : assurer que le trafic généré par les médias sociaux est géré avec efficacité et garantir les performances des applications essentielles pour l'entreprise. » Et d'ajouter : « Une explosion de l'accès aux vidéos YouTube ou du partage de photos sur Facebook par les employés entraînera probablement une sollicitation bien supérieure des réseaux d'entreprise ; il est donc nécessaire de trouver un moyen d'établir des priorités dans le trafic des applications, en privilégiant celles qui importent vraiment pour la productivité des utilisateurs. »

À l'échelle mondiale, on voit clairement que le blocage des médias sociaux est plus commun sur le marché américain, 69% des entreprises limitant l'accès de leur personnel à Facebook et 65% à YouTube. Par rapport au Royaume-Uni, qui représente assez bien l'ensemble de l'Europe, les entreprises américaines restreignent plus fréquemment l'accès à toutes les applications, à l'exception de LinkedIn.

Application RU USA Facebook 53% 69% YouTube 50% 65% Twitter 47% 59% TV/ vidéo en ligne 33% 37% e-mail privé (p.ex. Hotmail/ Gmail) 17% 38% Linkedin 23% 20%

Tableau montrant la différence d'approche entre les USA et le Royaume-Uni

Adrian Thirkill, Directeur opérationnel et DG pour le Royaume-Uni chez Easynet Global Services, a déclaré : « Toute application qui permet d'améliorer la productivité, assortie d'une solide analyse de rentabilisation, doit être prise en charge de manière adéquate par la division IT. Les médias sociaux ne font pas exception. Je trouve encourageant que les responsables informatiques soient moins frileux à l'égard des applis sociales, mais je m'attends à ce que certaines équipes IT prennent aujourd'hui des mesures rétrospectives difficiles pour protéger les performances des systèmes essentiels à l'entreprise comme les programmes d'ERP, de CRM ou les Communications unifiées. » Il a ajouté : « Nous nous mobilisons pour assurer la visibilité des applications au sein des réseaux de nos clients afin qu'ils comprennent ce qui se passe et déterminent la meilleure façon de mettre en place des mesures proactives garantissant que les applications critiques aient les performances requises quel que soit le trafic secondaire généré. »

www.ipanematech.com

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Ipanema Technologies
Béatrice Durand-Piquer, Mob. +33 (0)6 61 58 64 24
Vice-Présidente Marketing
piquer@ipanematech.com

Business Wire