BFM Patrimoine

Total: le rapport définitif sur l'incident d'Elgin est attendu dans quelques semaines

BFM Patrimoine

SHETLAND (Dow Jones)--Un rapport définitif sur la fuite de gaz qui a contraint Total (FP.FR) à évacuer sa plateforme d'Elgin, en mer du Nord, doit être publié dans quelques semaines et conclure que l'incident est dû à une défaillance mécaniq

SHETLAND (Dow Jones)--Un rapport définitif sur la fuite de gaz qui a contraint Total (FP.FR) à évacuer sa plateforme d'Elgin, en mer du Nord, doit être publié dans quelques semaines et conclure que l'incident est dû à une défaillance mécanique liée à la corrosion, a déclaré Philippe Guys, le patron des activités britanniques de la major pétrolière et gazière française.

Alors que le groupe relance progressivement la production sur ce site, un "énorme projet de développement" a été mis en place, dans le cadre duquel des puits supplémentaires vont être forés et "Elgin-Franklin est en route pour 20 années supplémentaires de développement", a déclaré Philippe Guys lors d'une conférence de presse cette semaine.

En mars l'année dernière, une fuite de gaz en provenance de l'un des puits du gisement de gaz naturel d'Elgin a forcé le groupe français a évacuer la plateforme et à interrompre sa production, redoutant un accident mortel similaire à celui du puits de Macondo, opéré par BP (BP.LN), dans le golfe du Mexique en avril 2010.

Deux nouvelles plateformes prévues à Elgin-Franklin

Total compte ajouter deux plateformes au gisement d'Elgin-Franklin, qui seront respectivement baptisées Elgin WHPB et Franklin WHPB, afin de forer les puits supplémentaires nécessaires à l'augmentation de la production du site, a indiqué Philippe Guys.

Le groupe envisage également des activités sur un autre gisement de gaz baptisé "Fulmar A", inexploité jusqu'à présent, a par ailleurs déclaré cette semaine Patrice de Viviès, vice-président de Total pour l'Europe du Nord.

Fin mars-début avril, Elgin fonctionnait à 55%-60% de sa capacité, contre 100% avant l'incident. Le gisement produisait alors 120.000 barils équivalent pétrole par jour.

Total a mené sa propre enquête et a également chargé le fabricant français de tubes sans soudure Vallourec (VK.FR) de procéder à des analyses afin de déterminer les causes de la fuite. Les autorités britanniques enquêtent également, a indiqué Patrice de Viviès.

Des fissures dues à la corrosion ont été découvertes et des traces de bromure ont été détectées, ce qui a pu contribuer aux fissures, a-t-il expliqué.

Les rapports de Total et de Vallourec arrivent tous deux aux mêmes résultats, a-t-il ajouté.

-Géraldine Amiel, Dow Jones Newswires

(Version française Maylis Jouaret)

(END) Dow Jones Newswires

April 25, 2013 03:22 ET (07:22 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-