BFM Patrimoine

Technip ajuste ses objectifs pour 2013 face à des difficultés dans son activité Subsea

BFM Patrimoine
PARIS (Dow Jones)-- Résultat de Technip - Troisième trimestre : - CA compris entre 9,3 milliards et 9,4 milliards d'euros en 2013 - Marge opérationnelle courante dans le Subsea aux environs de 14% en 2013 - Marge opérationnelle courante de 6,5%

PARIS (Dow Jones)-- Résultat de Technip - Troisième trimestre :

- CA compris entre 9,3 milliards et 9,4 milliards d'euros en 2013

- Marge opérationnelle courante dans le Subsea aux environs de 14% en 2013

- Marge opérationnelle courante de 6,5% à 7% pour le onshore-offshore en 2013

- Impact négatif de 150 millions d'euros des effets de change sur le CA du T3

- Résultat net en hausse de 1,9% au T3

- Le CA progresse de 15,6% au T3

- La marge opérationnelle courante ressort à 9,2% au T3

- Le carnet de commandes s'établit à 15,8 milliards d'euros à fin septembre

L'ESSENTIEL:

Le groupe de services pétroliers Technip (TEC.FR) a ajusté jeudi ses objectifs financiers pour 2013, pour prendre en compte l'impact négatif des effets de change et le ralentissement attendu de son activité de Subsea sur la fin de l'année, tandis que la division onshore-offshore devrait faire mieux que prévu.

Le groupe table désormais sur un chiffre d'affaires total compris entre 9,3 milliards et 9,4 milliards d'euros en 2013, contre 8,2 milliards enregistrés en 2012, soit une progression comprise entre 13,4% et 14,6%.

Technip avait dit jusque là viser un chiffre d'affaires de 9,1 milliards à 9,5 milliards d'euros, soit une croissance comprise entre 11% et 16% pour l'exercice en cours.

Dans l'activité Subsea, le groupe anticipe un chiffre d'affaires annuel d'environ 4,1 milliards d'euros, contre une précédente prévision comprise entre 4,3 milliards et 4,6 milliards. "Le chiffre d'affaires du quatrième trimestre et les variations de cours de change devraient impacter la rentabilité et par conséquent le taux de marge", a prévenu Technip dans un communiqué.

La société vise désormais un taux de marge opérationnelle courante dans le Subsea aux environs de 14%, contre un objectif de 15% auparavant.

En revanche, Technip a revu dans le haut de la fourchette ses objectifs pour sa division onshore-offshore: il s'attend à un taux de marge opérationnelle courante de 6,5% à 7% alors qu'il tablait auparavant sur un taux compris entre 6% et 7%. Le chiffre d'affaires est attendu à 5,2 milliards d'euros, contre une précédente prévision de 5,1 milliards.

Impact des effets de change

Au troisième trimestre, les effets de change ont affecté l'activité de Technip à hauteur de 150 millions d'euros et de 30 millions d'euros sur le résultat opérationnel courant par rapport au troisième trimestre 2012.

A titre de comparaison, au deuxième trimestre, les variations de change avaient eu un impact négatif estimé à 28,4 millions d'euros sur le chiffre d'affaires et à 5,5 millions d'euros sur le résultat opérationnel courant.

Le résultat net de Technip a néanmoins progressé entre juillet et septembre de 1,9% à 150 millions d'euros, tandis que le résultat opérationnel courant s'est inscrit à 221,8 millions d'euros, en hausse de 2,2%.

Le chiffre d'affaires s'est établi à 2,41 milliards d'euros, en progression de 15,6%.

La marge opérationnelle courante recule toutefois à 9,2%, contre 10,4% un an plus tôt, en raison de la baisse de la rentabilité dans l'activité Subsea. La marge opérationnelle pour cette division est ressortie à 14,7% contre 15,2% au troisième trimestre 2012, en raison de la faible croissance du chiffre d'affaires, de l'appréciation de l'euro, de l'impact d'un amortissement additionnel d'un navire et de la progression plus lente d'opérations dans le Golfe du mexique.

Le carnet de commandes de Technip s'établissait par ailleurs à 15,8 milliards d'euros à la fin septembre, en hausse de 17% sur un an.

LE COMMENTAIRE DE L'ENTREPRISE:

"Au cours du troisième trimestre, Technip a enregistré des performances contrastées pour ses deux activités. D'une part, l'activité Onshore/Offshore a enregistré une bonne performance avec un chiffre d'affaires qui progresse de 30% et une marge de 6,6%, en milieu de fourchette. D'autre part, le chiffre d'affaires Subsea n'a augmenté que de 2% (dont un effet change négatif d'environ 100 millions d'euros) même si la marge ressort à 14,7%, à un niveau légèrement supérieur à nos attentes fin du deuxième trimestre. La rentabilité du segment Subsea a souffert de 20 millions d'euros d'effet change, de 10 millions d'euros de charges non récurrentes(dépréciation d'un navire) et d'une progression moindre des projets dans le golfe du Mexique. Notre navire, le Deep Energy, termine dans le golfe du Mexique la dernière phase de tests de mise en service qui a été nettement plus longue que prévu. Le cash flow du groupe est important ce trimestre avec une variation du besoin en fond de roulement de 165 millions d'euros, confirmant ainsi la tendance anticipée à la fin du premier semestre. Au global, les variations de devises ont impacté négativement le chiffre d'affaires et les résultats de l'ensemble du groupe sur le trimestre (environ 150 millions d'euros et 30 millions d'euros respectivement par rapport au troisième trimestre 2012)", a déclaré le PDG Thierry Pilenko dans un communiqué.

"Nous avons pour 2014 un carnet de commandes solide et diversifié, dans les deux segments, qui devrait soutenir la croissance du chiffre d'affaires. Dans l'Onshore/Offshore, nous devrions démarrer 2014 en ligne avec notre objectif de marge à long terme sur le segment. Dans le Subsea, les coûts de démarrage de nouveaux actifs seront nettement plus faibles qu'en 2013, et les travaux d'installation sous-marine pour de grands projets pluriannuels devraient commencer à dégager de la marge au fur et à mesure que l'année progresse", a ajouté le PDG.

LE CONTEXTE:

Technip doit faire face aux inquiétudes de nombreux investisseurs concernant le secteur des services pétroliers. En juin, le titre du groupe parapétrolier a ainsi souffert dans le sillage d'un nouvel avertissement sur résultats lancé par son concurrent italien Saipem (SPM.MI).

Les investisseurs s'inquiètent également du ralentissement de la croissance du groupe et de la progression de marge limitée, notamment dans l'activité Subsea.

Depuis le début de l'année, l'action Technip est quasi-stable, quand l'indice CAC 40 progresse de 18% sur la période.

-Blandine Hénault, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 53; blandine.henault@dowjones.com

COMMUNIQUES FINANCIERS DE TECHNIP :

http://www.technip.com/fr/espace-presse/communiques-de-presse/resultats

(END) Dow Jones Newswires

October 31, 2013 03:48 ET (07:48 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-