BFM Patrimoine

Taux: la Grèce à court de liquidités, les OAT testent les 1%

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - 'La Grèce rembourse le FMI mais puise dans ses réserves': c'est le 'fait du jour' pour l'ensemble des médias financiers... et il ne faut pas chercher trop loin les raisons de l'accès de stress qui précipité les indices bo

(CercleFinance.com) - 'La Grèce rembourse le FMI mais puise dans ses réserves': c'est le 'fait du jour' pour l'ensemble des médias financiers... et il ne faut pas chercher trop loin les raisons de l'accès de stress qui précipité les indices boursiers européens 2% plus bas en milieu de matinée.
Les opérateurs redoutent qu'à bout de patience face aux tergiversations d'Athènes, la BCE ne tarisse la principale source de financement des banques grecques, l'ELA (Emergency Liquidity Assistance).
Son plafond a été relevé presque jour après jour pour atteindre 78,9MdsE
et 'cette situation ne peut pas durer indéfiniment' de l'avis de Christian Noyer qui traduit celui de la plupart des membres de la BCE et en particulier celui de son confrère allemand Jens Weidmann, le patron de la Bundesbank, hostile au principe même de l'ELA.

La BCE pourrait décider de durcir les critères de garanties que les banques grecques apportent en collatéral pour obtenir de nouveaux prêts... et appliquer une importante décote à ceux qui présentent des notations de type 'haut risque' (tout ce qui est inférieur à CCC, voire même BB-).

Une telle décision provoquerait une 'asphyxie financière' selon Athènes qui ne veut pas croire à l'instauration d'une décote mais qui espère de surcroît bénéficier d'une hausse du plafond d'émissions des bons du Trésor grecs.

Sans cela, ou sans déblocage d'argent frais, la Grèce sera incapable de rembourser les 6,7MdsE dus à la BCE cet été, et la perspective d'un défaut devient une menace de plus en plus imminente chaque jour, d'où les +70Pts de base de rendement supplémentaires observés sur les taux longs du nord au sud depuis un peu plus de 3 semaines.

L'impact psychologique d'une OAT 2025 ou d'un '10 ans' belge à 1,03% puis d'un 'Bund' à 0,74% (pour la première fois depuis 6 mois) a sérieusement réduit l'appétit pour le risque des marchés.

La tension se relâche un peu cet après-midi: le rendement du Bund allemand n'affiche plus que +7 points de base à 0,68%, celui de l'OAT française s'établit à 0,968%, le '10 ans' belge à 0,972.

La contamination des emprunts périphériques par un '10 ans' grec à 10,96% est incontestable : le BTP italien se tend de 10 points à 1,858% mais son rendement repasse malgré sous celui des 'bonos' qui affichent +13Pts à 1,87% (même écart pour le '10 ans' portugais à 2,48%... et même 2,5% au plus haut).
Ces niveaux de rémunération correspondent à ceux observés mi-novembre 2014 en Espagne et fin novembre en France, Belgique et Italie.

Sans qu'aucune statistique n'ait été publiée depuis vendredi dernier Etats-Unis, le rendement des T-Bonds grimpe également en flèche : + 7 points à 2,355% ce matin, +2Pts à 2,30% cet après-midi contre 2,15% lundi matin (cela fait donc +20Pts en 24H et +45Pts en 10 jours).

Mr John.C Williams, le Président de la FED de San Francisco, a déclaré que si 'la FED a vocation à communiquer les bonnes 'guidances' aux marchés, il ne s'agit pas non plus de 'téléphoner' ses initiatives: elle doit rester maître de son calendrier'.
Est-ce que la FED aurait déjà décidé d'une hausse de taux d'ici l'automne, non que les récents chiffres économiques le justifient mais parce qu'elle souhaite dégager des marges de manoeuvre en cas de temps plus difficiles.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance