BFM Patrimoine

Taux: la BCE déploie tout son arsenal, sauf le QE façon FED.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Les marchés de taux et de devises avaient accueilli comme un non-évènement l'abaissement due taux directeur à 0,15 contre 0,25%... ces 10Pts de base se rajoutant aux 400Pts déjà retranchés entre 2009 et 2014. Pas vraiment

(CercleFinance.com) - Les marchés de taux et de devises avaient accueilli comme un non-évènement l'abaissement due taux directeur à 0,15 contre 0,25%... ces 10Pts de base se rajoutant aux 400Pts déjà retranchés entre 2009 et 2014.
Pas vraiment d'effet de surprise avec l'adoption du principe des prises en pension à taux négatif (-0,1%): la rumeur circulait depuis le début de l'année.

Pas de 'coup de chapeau' au communiqué de 13H45 mais tout a changé à 14H30 avec la diffusion d'un autre communiqué qui indique la mise en oeuvre d'un cycle d'achats d'ABS, de 2 T-LTRO (sur 4 ans) pour un montant de 400Mds en 2 tranches en septembre et décembre 2014.

Si les marchés obligataires réagissent de façon paradoxale (tension de 3Prs de base sur les Bunds à 1,47%), les bourses européennes exultent avec une progression de +1,5% (contre zéro ce matin).

Mario Draghi réfute l'argument selon lequel des taux quasi nuls appauvrissent les épargnants (qui n'obtiennent plus aucun rendement pour leur participation au financement des Etats en difficulté, ce qui dans une configuration classique justifierait au contraire une rémunération plus élevée) au motif que ces mêmes épargnants s'y retrouveront en ayant la capacité de s'endetter moins cher.
Mais les retraités vont-ils s'endetter davantage à l'approche de leur fin de vie ?
Les banques vont-elles prêter davantage à de nouveaux entrants sur le marché du travail avec des salaires de plus en plus faibles ?
Ce sont surtout les banques (elles s'envolent de 2 à 3% en moyenne à travers l'Europe) qui vont bénéficier de conditions de financement plus favorables pour mener toutes leurs stratégies sur les marchés, avec de surcroît la promesse de taux nuls jusqu'en décembre 2016.

Mario Draghi réfute également le risque de voir les investisseurs étrangers se ruer sur tous les actifs libellés en Euro, ce qui provoquera l'appréciation de la Monnaie Unique pour cause d'appétit insatiable pour les dettes périphériques qui sont garanties par la dé-stérilisation des achats sur cette classe d'actif.
Et ces achats ont déjà commencé sur les BTP italiens (-10Pts à 2,92%) et sur les 'bonos' espagnols (-0,07% à 2,81%), le '10ans' portugais à 3,65%.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance