BFM Patrimoine

Semaine noire pour la Bourse de Paris

La Bourse de Paris a lâché plus de 7% sur l'ensemble de la semaine.

La Bourse de Paris a lâché plus de 7% sur l'ensemble de la semaine. - Eric Piermont - AFP

La Bourse de Paris a encore chuté de 2,77% ce vendredi 12 décembre. Cette nouvelle séance dans le rouge vient clôturer une semaine difficile pour le CAC40.

Il n'y aura pas eu d'accalmie cette semaine pour la Bourse de Paris. Ce vendredi 12 décembre, le CAC40 a une nouvelle fois terminé largement dans le rouge, lâchant 2,77% à 4.108 points. Le marché a accéléré ses pertes en fin de séances.

Cette séance difficile ne fait qu'illustrer la semaine noire qu'a connu l'indice parisien. 

Une baisse de 7% sur une semaine

Par rapport à la clôture de vendredi dernier, le CAC40 a en effet lâché plus de 7% sur l'ensemble de la semaine. De lundi à vendredi, le marché parisien n'a jamais fini dans le vert.

Après avoir commencé par une baisse de -1% lundi, le CAC40 a connu un mardi noir (-2,55%) puis deux séances un peu plus calmes mercredi et jeudi (-0,84% puis -0,05%), avant donc de terminer sur une nouvelle chute ce vendredi.

L'incertitude politique en Grèce

Plusieurs éléments peuvent expliquer les craintes des marchés. En premier lieu, la situation politique en Grèce, qui a été l'origine des dégringolades de l'indice parisien, mardi et vendredi.

Le pays est entré dans une nouvelle phase d'incertitude politique avec l'annonce surprise d'un vote anticipé du Parlement dès la semaine prochaine pour l'élection présidentielle. Le candidat pro-européen, Stavros Dimas, a peu de chances de rassembler les 180 voix requises pour être élu. Ce qui risquerait d'entraîner la tenue d'élections législatives anticipées.

La crainte des marchés est que le parti radical de gauche, Syriza, arrive alors au pouvoir et remette en cause les réformes demandées par la troïka. Pour Fabien Laurenceau, d'Aurel BGC, "la Grèce risque encore d'être un sujet de préoccupation du marché pendant un moment".

Airbus plonge

Autre explication: la baisse des cours du pétrole. Fabien Laurenceau rappelle que les cours ont encore chuté d'environ 10% cette semaine "ce qui évidemment pèse sur le secteur pétrolier". Total, l'une des valeurs qui a le plus de poids au sein du CAC40, a ainsi perdu près de 9% cette semaine

Du côté des valeurs, Airbus a plus particulièrement été en vue. Mercredi,le titre de l'avionneur européen a connu sa pire dégringolade en Bourse depuis l'été 2008, chutant de plus de 10%. Motif de ce gadin boursier: le retard de la livraison du tout premier A350 à la compagnie qatarie Qatar Airways. Ce dossier semble toutefois en passe de connaître un dénouement heureux. Airbus compterait ainsi livrer cet appareil d'ici à dix jours, selon des sources proches du dossier citée par l'agence Reuters.

Julien Marion