BFM Patrimoine

Seb: hausse de 2,5% du chiffre d'affaires en 2013 malgré l'impact négatif des changes

BFM Patrimoine
Chiffre d'affaires de Seb - Quatrième trimestre et exercice 2013 : L'ESSENTIEL: PARIS (Dow Jones)--Le spécialiste du petit équipement domestique Seb (SK.FR) a vu ses ventes progresser de 2,5% en 2013, le rebond des volumes sur la seconde partie de

Chiffre d'affaires de Seb - Quatrième trimestre et exercice 2013 :

L'ESSENTIEL:

PARIS (Dow Jones)--Le spécialiste du petit équipement domestique Seb (SK.FR) a vu ses ventes progresser de 2,5% en 2013, le rebond des volumes sur la seconde partie de l'année ayant compensé des effets de change fortement défavorables.

Le chiffre d'affaires a atteint 4,161 milliards d'euros l'année dernière, faisant ressortir une croissance organique de 5,4%.

En octobre, le fabricant de la friteuse Actifry avait dit prévoir une croissance de ses ventes plus soutenue qu'initialement anticipé, grâce à un bon troisième trimestre. En début d'année, il prévoyait une "légère" croissance organique de ses ventes sur l'exercice.

Très exposé aux variations des taux de change avec une présence dans près de 150 pays, Seb avait dans le même temps alerté sur des effets de devises défavorables plus forts que prévu, le poussant à la prudence sur 2014.

Ainsi, la dépréciation des devises émergentes face à l'euro a pénalisé les ventes du groupe en 2013 à hauteur de 116 millions d'euros, dont un impact négatif de 106 millions sur le seul second semestre.

"Au-delà de l'effet fortement négatif sur les ventes, les fluctuations défavorables des devises ont également pesé sur la rentabilité du groupe mais le résultat opérationnel d'activité 2013 devrait être très proche de celui publié en 2012", a indiqué Seb dans un communiqué.

"Année exceptionnelle"

Lors du quatrième trimestre, le chiffre d'affaires s'est inscrit en hausse de 0,4% à 1,328 milliard d'euros, tiré par une bonne dynamique des ventes dans l'Union européenne occidentale (hors France). Dans cette région, Seb indique avoir réalisé "une année exceptionnelle", notamment grâce à "l'arrêt de la dégradation" de la conjoncture en Europe du Sud.

La croissance organique réalisée sur le quatrième trimestre (+5,1%) a toutefois ralenti par rapport au trimestre précédent (+10%), en raison du repli des ventes en Russie et en Turquie.

En France, le rebond des ventes au troisième trimestre s'est confirmé mais à un rythme moindre. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 250 millions d'euros, en hausse de 0,4% en données organiques après une progression de 0,9% le trimestre précédent.

"La fin de l'année n'a pas affranchi les consommateurs du climat général morose et les ventes de Noël ont été très tardives, sous le double effet d'une non-anticipation volontaire des achats et de l'attente de rabais et de promotions juste avant les fêtes", a expliqué Seb.

Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires a reculé en France de 3,3% à 666 millions d'euros.

LE COMMENTAIRE DE L'ENTREPRISE:

"L'environnement général tendu et incertain qui a prévalu tout au long de l'année 2013 a affecté la consommation dans nombre de pays: fragilité ou volatilité de la demande, contexte hautement concurrentiel et promotionnel, déstockage ou niveau de stocks réduit dans la distribution…"

"Après un troisième trimestre particulièrement tonique (chiffre d'affaires en hausse de 10% à périmètre et taux de change constants, sur une base 2012 peu exigeante), la vitalité des ventes s'est bien maintenue au quatrième trimestre, avec une croissance organique de +5,1%. L'activité est en revanche restée hétérogène selon les zones géographiques et les familles de produits".

LE CONTEXTE:

Numéro un mondial du petit équipement domestique (petit électroménager, articles culinaires), Seb évolue dans un marché qui reste très fragmenté, et dont il est pratiquement le seul grand leader généraliste et global avec Philips. Le groupe réalise environ 45% de son activité dans les pays émergents, notamment en Chine avec Supor où il profite de la tendance à l'équipement des ménages accédant aux classes moyennes, et autour de 55% dans les pays développés, où la crise économique a pesé sur la consommation ces dernières années.

Le quatrième trimestre est une période cruciale pour le groupe puisqu'elle génère entre 30% et 35% de son chiffre d'affaires et de 35% à 45% de son résultat opérationnel d'activité, ou résultat opérationnel courant avant participation des salariés. Seb publiera ses résultats annuels le 27 février.

A la Bourse de Paris, le titre Seb a clôturé mardi à 61,60 euros, portant son repli depuis le début de l'année à 6,2%. La valeur a gagné près de 18% en 2013.

-Blandine Hénault, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 53; blandine.henault@wsj.com

(Ambroise Ecorcheville a contribué à cet article)

COMMUNIQUES FINANCIERS DE SEB :

http://www.groupeseb.com/fr/communiques-financiers

(END) Dow Jones Newswires

January 21, 2014 12:38 ET (17:38 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-