BFM Patrimoine

Renault envisage de produire des voitures pour Nissan

BFM Patrimoine
PARIS (Dow Jones)--Le constructeur automobile Renault (RNO.FR) a annoncé vendredi qu'il étudiait la possibilité de recourir à ses capacités inutilisées en France pour produire des voitures au profit de son partenaire Nissan Motor (7201.TO), alo

PARIS (Dow Jones)--Le constructeur automobile Renault (RNO.FR) a annoncé vendredi qu'il étudiait la possibilité de recourir à ses capacités inutilisées en France pour produire des voitures au profit de son partenaire Nissan Motor (7201.TO), alors que le gouvernement presse le groupe de ne fermer aucune usine dans le pays.

Renault et Nissan ont récemment conclu un accord de partage de plateformes en Corée du Sud.

Renault, détenu à 15% par l'Etat français, est aux prises, comme d'autres constructeurs en Europe, avec un recul alarmant des ventes dans la région.

PSA Peugeot-Citroën (UG.FR), la filiale européenne de Ford Motor (F) et la filiale Opel/Vauxhall de General Motors (GM) ont engagé des plans de licenciements et de réduction de leurs capacités de production. L'italien Fiat (F.MI) utilise quant à lui ses capacités excédentaires en Europe pour exporter des voitures en Amérique du Nord, où la demande a nettement augmenté au cours des deux dernières années. Mais avec 20 usines automobiles en Europe fonctionnant à 50% de leurs capacités, et des ventes qui devraient diminuer d'environ 5% cette année après avoir atteint leur plus bas niveau en 17 ans dans l'Union européenne en 2012, l'avenir du secteur est peu brillant.

L'an dernier, les ventes de véhicules Renault ont chuté de 18% en Europe et de 6,3% à l'échelle mondiale, à 2,55 millions d'unités, selon les chiffres publiés vendredi par le groupe. Hors d'Europe, ses ventes ont augmenté de 9,1%.

En 2012, la part de marché de Renault en Europe a reculé d'un point de base, à 9,1%, le groupe ayant "privilégié la defense de [ses] marges" dans des conditions de marché "plus difficiles que prévu", a expliqué son directeur commercial, Jérôme Stoll.

Pour 2013, Renault anticipe une croissance de 3% du marché automobile mondial. Le groupe espère profiter du succès non démenti de la Clio mais également du lancement de la Captur, un petit crossover, et de la Zoe, sa première voiture électrique.

En Europe en revanche, il table sur une baisse d'au moins 3% du marché.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a indiqué vendredi matin lors d'un entretien télévisé que Nissan pourrait assembler des voitures dans des sites détenus en France par Renault.

Le ministre a demandé à Carlos Ghosn, patron de Nissan et de Renault, d'étudier la possibilité que Nissan "se porte au secours des usines françaises" et "il a dit oui", a indiqué Arnaud Montebourg sur BFM TV.

Renault et Nissan sont liés par un accord de participations croisées et Carlos Goshn est président des deux groupes. Le gouvernement français détient une participation de 15% dans Renault.

Moody's a par ailleurs dégradé vendredi la notation de RCI Banque, l'établissement financier de Renault (RNO.FR), de "Baa2" à "Baa3" pour la note de long terme et de "Prime-2" à"Prime-3" pour la note de court terme, dans le cadre d'une revue des branches de financement du secteur par l'agence d'évaluation financière en Europe.

Moody's évoque quatre raisons motivant sa décision: une détérioration des fondamentaux macroéconomiques, une forte exposition aux concessionaires, une forte dépendance aux financements du marché et aux lignes de crédit bancaire.

La perspective des notes est stable.

-David Pearson, Dow Jones Newswires

(Version française Marion Issard, Emilie Palvadeau)

(END) Dow Jones Newswires

January 18, 2013 11:29 ET (16:29 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-