BFM Patrimoine

Quand Goldman Sachs crée son propre bitcoin

Le bitcoin de Goldman Sachs s'appelle SETLCoin

Le bitcoin de Goldman Sachs s'appelle SETLCoin - Karen Bleier - AFP

La banque d'affaires américaine a déposé un brevet pour développer une crypto-monnaie qui sera appelée SETLCoin, selon plusieurs médias américains. L'idée est avant tout d'utiliser cette devise virtuelle pour sécuriser certaines transactions sur les marchés.

Goldman Sachs a au moins le mérite d'être cohérente. Mercredi 2 décembre, la division recherche de la banque d'affaires a publié une note dans laquelle elle affirmait que "si l'effervescence autour du bitcoin est quelque peu retombée, la Silicon Valley et Wall Street sont en train de parier sur la technologie à l'origine de cette monnaie, le blockchain, qui pourrait changer….eh bien quasiment tout!". Le lendemain, les médias américains rapportaient que Goldman Sachs avait déposé un brevet pour développer sa propre crypto-monnaie, soit, en clair, son bitcoin à elle.

Cette technologie est appelée SETLCoin et son brevet a en fait été déposé il y a plus d'un an. Mais la demande n'a été publiée que jeudi dernier, ce qui arrive fréquemment, explique Quartz.com.

Quel intérêt Goldman Sachs a-t-elle à se lancer dans une monnaie virtuelle autrement que pour se faire une publicité dont elle n'a d'ailleurs pas vraiment besoin? Pour sécuriser les transactions sur les marchés.

Aller plus vite

Lorsqu'un investisseur prend une position sur le marché, il fait face à un ensemble de risques. Notamment ce que l'on appelle "un risque de contrepartie". En effet, si les banques ont mis au point des algorithmes ultradéveloppés pour acheter de plus en plus vite des actions, ou tout autre actif financier, le règlement de la transaction peut lui prendre plusieurs jours selon la nature du produit financier.

Durant ce laps de temps, il est toujours possible que le vendeur ou l'acheteur s'évapore dans la nature (ou, plus pragmatiquement, qu'il fasse faillite et ne puisse soit livrer le titre, soit apporter l'argent). C'est notamment pour réduire fortement ce risque que Goldman Sachs veut développer le SETLCoin (contraction de "settle", régler en anglais, et "coin", la pièce de monnaie). Selon la banque américaine, le SETLCoin devra permettre des règlements "quasi-instantanés" lors de ces transactions.

Avant cette initiative, Goldman Sachs avait fait montre d'un certain intérêt pour le bitcoin en investissant au début de l'année 50 millions de dollars dans une start up appelée Circle Internet Financial qui entendait utiliser le bitcoin pour simplifier les paiements des consommateurs.

Par ailleurs, Goldman Sachs est loin d'être la seule banque à s'intéresser aux monnaies virtuelles. Barclays, Citigroup, Banco Santander réfléchissent également à lancer leurs propres crypto-monnaies. Et un consortium de banques, parmi lesquelles HSBC et UBS, travaille avec la start-up R3 pour utiliser la technologie "Blockchain" dans le système financier global.

J.M.