BFM Patrimoine

Publicis veut réaliser 75% de son revenu dans le numérique et les émergents d'ici 2018 - pdt

BFM Patrimoine

LONDRES (Dow Jones)--Publicis Groupe (PUB.FR) a cherché mardi à convaincre les investisseurs que le groupe publicitaire français avait une longueur d'avance dans l'adaptation de son activité au numérique et aux marchés émergents, alors que le

LONDRES (Dow Jones)--Publicis Groupe (PUB.FR) a cherché mardi à convaincre les investisseurs que le groupe publicitaire français avait une longueur d'avance dans l'adaptation de son activité au numérique et aux marchés émergents, alors que le groupe est confronté à une conjoncture économique difficile en France.

A l'occasion de sa première journée investisseurs en cinq ans, Publicis a déclaré viser une amélioration de sa marge bénéficiaire de l'ordre de 200 à 400 points de base d'ici à la fin de 2018, par rapport à un taux de marge de 16,1% en 2012, en continuant d'augmenter la part de son revenu issue des activités numériques et des marchés émergents à forte croissance.

Publicis veut que ses activités numériques et sur les marchés à forte croissance, comme le Brésil et la Chine, représentent 75% de son revenu dans cinq ans, grâce à la poursuite du développement de ses réseaux existants et à l'investissement d'environ 500 millions d'euros par an dans des acquisitions.

Publicis et des concurrents tels que WPP (WPP.LN) sont engagés dans une course pour renforcer leurs actifs numériques à travers le monde, notamment aux Etats-Unis et sur les marchés émergents, alors qu'ils s'efforcent de s'adapter à des évolutions technologiques qui bouleversent le monde du marketing et de la publicité.

Après plusieurs acquisitions dans le domaine du numérique aux Etats-Unis, notamment celle des sociétés Rosetta et Razorfish, Publicis va se concentrer davantage sur les marchés émergents au cours des cinq prochaines années, a déclaré le président du directoire du groupe, Maurice Lévy, au cours d'un entretien en marge de la journée investisseurs du groupe à Londres.

Le dirigeant a expliqué que Publicis avait fait que ce qu'il voulait faire dans les pays développés et qu'il restait beaucoup à faire sur les marchés émergents.

Les marges de Publicis devraient s'améliorer car ses agences vont fournir aux clients de plus en plus de services numériques, à la rentabilité plus élevée, a expliqué le groupe. Le partage des coûts de production numérique entre les différentes divisions et la suppression de certains coûts administratifs dans les agences médias y contribueront également, a ajouté Publicis.

Maurice Lévy a en outre souligné qu'il était crucial pour Publicis de s'adresser à des acteurs anglo-saxons lors de sa journée investisseurs, car la France et les entreprises françaises ont actuellement du mal à attirer les investisseurs en raison de la mauvaise conjoncture économique dans l'Hexagone et dans la zone euro.

Le dirigeant a toutefois observé que même si le groupe générait maintenant plus de 90% de son revenu hors de France, Publicis n'envisagera jamais de transférer son siège dans un autre pays pour bénéficier d'une fiscalité plus avantageuse. Il a souligné que pour lui, ce n'était pas une option.

-Ruth Bender, Dow Jones Newswires

(Version française Maylis Jouaret)

(END) Dow Jones Newswires

April 23, 2013 09:19 ET (13:19 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-