BFM Patrimoine

POSITION DE LA B TEAM VIS-À-VIS DU CLIMAT

BFM Patrimoine
Des chefs d’entreprises plaident pour des émissions nettes de gaz à effet de serre à zéro d’ici 2050 Des leaders de la B Team gérant certaines des plus grandes sociétés au monde ont aujourd’hu

Des chefs d’entreprises plaident pour des émissions nettes de gaz à effet de serre à zéro d’ici 2050

Des leaders de la B Team gérant certaines des plus grandes sociétés au monde ont aujourd’hui lancé un appel aux leaders politiques mondiaux leur demandant de s’engager à des émissions mondiales nettes de gaz à effet de serre à zéro d’ici 2050 – et ont exhorté les chefs d’entreprises à se hisser à ce niveau d'ambition en s’engageant en faveur d’audacieux objectifs à long terme.

L’ambition de la B Team s’appuie sur les récentes négociations au sommet sur le climat COP20 à Lima, elle repose sur une évaluation des dernières recherches scientifiques, des risques commerciaux et des coûts économiques liés au non respect du seuil des 2°C.

Les chefs de gouvernement tiendront des négociations sur le climat à l’occasion du sommet COP21 qui se déroulera à Paris en décembre en vue de négocier un accord global, des négociations avancées démarrant la semaine prochaine à Genève. La réunion du mois de décembre sera un instant décisif dans l’histoire de l’humanité, de grands espoirs étant placés dans un accord ambitieux pour remplacer le Protocole de Kyoto et limiter à 2°C la hausse de la température moyenne.

Les leaders de la B Team pensent qu’en s’engageant pour des émissions nettes de gaz à effet de serre (GES) à zéro d’ici 2050, les gouvernements apporteront la preuve qu’ils engagent, sans équivoque, le monde sur une trajectoire évidente de faibles émissions de carbone. Les entreprises réagiront en intégrant d’audacieuses actions en faveur du climat dans leurs stratégies – libérant l’innovation, favorisant les investissements dans les énergies propres, développant des solutions à faibles émissions de carbone, créant des emplois et soutenant la croissance économique.

La récente évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) est arrivée à la conclusion que le fait de parvenir à des émissions nettes de GES à zéro d’ici 2100 n’offrira que 66 % de chances de limiter le réchauffement global à 2°C. La B Team voit la probabilité d’une chance sur 3 d’un échec comme un scénario au risque déraisonnable impliquant des coûts importants, renforçant les arguments en faveur de la réalisation d’un objectif d’émissions nettes de GES à zéro d’ici 2050.

Les leaders de la B Team demandent des actions dans les domaines suivants pour y parvenir :

1. Pour les gouvernements, de s’engager vers un objectif global d’émissions nettes de gaz à effet de serre à zéro d’ici 2050, et d’intégrer cela dans l’accord qui sera signé à l’occasion du sommet COP21 à Paris.

2. Pour les entreprises, de se hisser à ce niveau d'ambition en s’engageant en faveur d’objectifs à long terme et en développant des solutions à faibles émissions de carbone – permettant ainsi au monde de parvenir à un objectif d’émissions nettes à zéro en 2050.

3. Pour à la fois les entreprises et les gouvernements, d’adopter un prix significatif et efficace pour le carbone.

4. Pour les gouvernements, de mettre un terme à toutes les subventions aux carburants fossiles, et d’affecter ce capital pour aider à développer des solutions d’énergies renouvelables abordables afin de permettre une transformation plus large de l’économie.

5. Pour à la fois les entreprises et les gouvernements, de s’assurer que les bénéfices des réponses au changement climatique atteignent les communautés vulnérables et défavorisées qui souffrent de manière disproportionnée du changement climatique et qui sont les moins bien équipées pour faire face à ses impacts.

Les entreprises doivent déjà supporter les coûts du changement climatique, avec de plus en plus de perturbations de la chaîne d’approvisionnement du fait d’événements météorologiques extrêmes, de la hausse du niveau des mers et de l’acidification des océans, du déclin du rendement des récoltes et de l’augmentation de la désertification. Dans le même temps, les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables sur la planète – qui sont affectées de manière disproportionnée et les moins bien équipées pour faire face – sont les plus touchées.

En tant que responsables d’entreprises, ils voient la transition vers une économie à émissions nettes de GES à zéro comme une opportunité historique qui, si elle est gérée de manière responsable, juste et collaborative, peut apporter des avantages économiques à des pays ayant tous les niveaux de revenus, notamment de nouveaux emplois, un air plus propre, une meilleure santé, une pauvreté moindre et une plus grande sécurité énergétique.

Cela nécessitera que les entreprises unissent leurs forces avec les gouvernements pour aider à mener la transition, en définissant des objectifs nationaux clairs et en développant des politiques habilitantes pour orienter le capital vers des alternatives sans carbone, afin de contribuer à l’obtention d’une prospérité inclusive et durable pour tous.

Paul Polman, PDG d’Unilever et l’un des leaders de la B Team, a encouragé les autres leaders à agir dans le même sens : « Un objectif d’émissions nettes à zéro d’ici 2050 est non seulement désirable, mais également nécessaire. Il est temps de redoubler nos efforts et d’accélérer les avancées pour décarboniser notre économie. Cela ne sera pas facile mais, plus tôt nous agirons, plus les opportunités économiques seront importantes. »

Mary Robinson, envoyée spéciale des Nations unies pour le changement climatique et présidente de la Fondation Mary Robinson pour la justice climatique, qui est leader honoraire de la B Team, a expliqué : « Une transition vers des émissions nettes à zéro ne sera couronnée de succès que si elle est réalisée de manière équitable. La technologie nécessaire pour un développement durable doit être une option disponible et abordable pour tous les pays. Sans cela, les pays en développement ne disposeront pas d’alternative aux énergies polluantes pour leur développement, les condamnant à une infrastructure basée sur les énergies fossiles pour le long terme, et nous ne parviendrons pas à garantir un avenir climatique sûr. Mais, si nous réussissons, nous ferons bien plus que stabiliser le climat – nous pourrons libérer les énergies renouvelables pour tous, mettre fin à la pauvreté, améliorer la santé mondiale et créer un monde plus prospère pour nos enfants et nos petits-enfants. »

Sir Richard Branson, fondateur du groupe Virgin et co-président de la B Team, a fait remarquer : « Entreprendre d’audacieuses actions contre le changement climatique constitue tout simplement une bonne stratégie d'affaires. C’est aussi la bonne chose à faire pour les hommes et la planète. La définition d’un objectif d’émissions nettes de GES à zéro d’ici 2050 permettra de favoriser l’innovation, créer des emplois, amener la prospérité et garantir un monde meilleur pour une population qui comptera bientôt 9 milliards de personnes. Pourquoi devrions-nous attendre plus longtemps pour concrétiser cela ? Il est temps pour nous tous d’unir nos forces et de contribuer à la transition vers une économie prospère à émissions nettes de GES à zéro d’ici 2050. »

Jochen Zeitz, co-président de la B Team, a souligné le bénéfice d’une ambition mondiale pour les PDG : « L’objectif d’émissions nettes à zéro à l’horizon 2050 vise un plan d’action pour le PDG progressiste de manière qu’un objectif abstrait de température à plus de 50 ans ne pourra réaliser. Il mobilise l'esprit sur ce qui a besoin d’être réalisé. »

Le professeur Muhammad Yunus, lauréat du prix Nobel, qui est président du Yunus Centre et l’un des leaders de la B Team, a affirmé : « Nous sommes à un carrefour historique par rapport au changement climatique. Je suis persuadé qu’un objectif “d’émissions nettes à zéro d’ici 2050" créerait un précédent pour un monde énergétique durable qui assurerait la promotion et le maintien d’une paix durable. »

Guilherme Leal, co-fondateur de Natura et l’un des leaders de la B Team, a fait remarquer : « La création de mécanismes pour mettre fin à la déforestation et promouvoir la régénération de l’environnement constitue l’un des moyens les plus efficaces pour parvenir à des émissions nettes à zéro. »

« Il s’agit d’une opportunité historique de créer une économie prospère à émissions nettes à zéro, qui permette d’offrir des débouchés économiques et un accès aux énergies renouvelables pour les plus pauvres, de créer de nombreux emplois et une collaboration sans précédent entre les différents secteurs. » -- La B Team

Cette déclaration a été signée par les leaders de la B Team suivants :

Sir Richard Branson, Arianna Huffington, le Dr Mo Ibrahim, Guilherme Leal, Strive Masiyiwa, Blake Mycoskie, François-Henri Pinault, Paul Polman, Ratan Tata, Zhang Yue, le professeur Muhammad Yunus et Jochen Zeitz ainsi que Mary Robinson et le Dr Gro Harlem Brundtland en qualité de leaders honoraires de la B Team.

---------------------------------------------------

Citations

« Ces chefs d’entreprises demandent aux gouvernements de définir des objectifs qui, s’ils sont atteints, permettraient de relever le défi posé par le changement climatique. Cet objectif d’émissions nettes de GES à zéro d’ici 2050 libérera une vague d’ambition et d’action, déplacera les capitaux et permettra une création massive d’emplois. » -- Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la CCNUCC (qui coordonne les négociations mondiales sur le climat)

« Nous accueillons favorablement l’appel personnel des leaders de la B Team pour que les dirigeants politiques mondiaux définissent des objectifs à long terme ambitieux qui aideront les entreprises à libérer l’innovation à faibles émissions de carbone, à investir dans les énergies propres, à créer des emplois et à assurer la croissance économique. Et nous nous attendons à ce que davantage d’entreprises nous rejoignent et s’engagent pour d’audacieuses actions en faveur du climat qui garantiront une limitation à 2°C de la hausse des températures mondiales. » -- Nigel Topping, PDG de We Mean Business

« Nous accueillons favorablement les engagements audacieux des membres la B Team à agir en faveur du climat, ils rejoignent ainsi un groupe de quarante-huit sociétés qui se sont déjà engagées à définir des objectifs de réduction des émissions respectant les recommandations scientifiques d’un réchauffement de 2°C. Cinq d’entre elles ont défini des objectifs d’émissions à zéro d’ici 2050. Nous espérons que de nombreuses autres les rejoindront cette année. » -- Paul Simpson, PDG de CDP (anciennement Carbon Disclosure Project)

Une copie signée de la lettre de la B Team adressée à Christiana Figueres sera disponible en ligne lorsque l’embargo sera levé le 5 février 2015 à 0 h 00 (HNE) : http://bteam.org/the-b-team/b-team-open-letter-calls-for-bold-climate-action-at-cop21-in-paris

**Le concept de Zéro émission nette est également souvent appelé « neutralité climatique » par les Nations unies

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

La B Team
Rajiv Joshi, directeur général
+1 917 545 6101
rj@bteam.org
Relations avec les médias :
Michael Shank
+1 646.559.4219
mshank@climatenexus.org
ou
Paige Knappenberger
+ 1 646.559.8353
pknappenberger@climatenexus.org
ou
Callum Grieve
+44 7734 399994
media@wemeanbusinesscoalition.org
Réseaux sociaux :
#ZeroBy2050
www.bteam.org
#WeMeanIt
www.wemeanbusinesscoalition.org

Business Wire