BFM Patrimoine

Paris: toujours en embuscade pour retracer son zénith à 3871

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Wall Street fait un parcours sans faute cette semaine et le Nasdaq par exemple aligne une 5ème hausse consécutive et une 6ème semble probable demain puisque les indices US ont pour coutume de finir la semaine au plus haut et

(CercleFinance.com) - Wall Street fait un parcours sans faute cette semaine et le Nasdaq par exemple aligne une 5ème hausse consécutive et une 6ème semble probable demain puisque les indices US ont pour coutume de finir la semaine au plus haut et d'entraîner l'Europe dans son sillage.

Les indices US ont tutoyé ou égalé leurs records annuels ou absolus en milieu de séance avant de perdre un peu d'influx au cours des 2 dernières heures de cotations avec un Nasdaq qui gagne +0,62% à 3.290Pts (3.301 au plus haut du jour), le 'S&P' +0,39% à 1.585Pts (1.593 au zénith), le 'Dow' +0,17% à 14.700 (contre 14.768 vers 20H).

Paris figurait aujourd'hui en queue du peloton européen avec un repli de -0,06% à 3.840Pts... mais que les optimistes se rassurent, le biais demeure techniquement haussier puisque le 'plus haut du jour' s'avère légèrement supérieur à celui de la veille (3.854,4 contre 3.849).

Cette journée fut clairement positive sur l'ensemble des places européennes qui alignent bien une 4ème séance de hausse consécutive avec un Euro-Stoxx50 à +0,07% et un Eurofirst-80 qui grappille 0,2%.
A ce propos, Lisbonne a pris +1,2%, Francfort +0,95%, Milan +0,5%, Amsterdam +0,3%.

Difficil d'attribuer la hausse de Wall Street à l'annonce des inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage aux Etats-Unis, en repli de -16.000 à 339.000 (elles étaient attendues quasi-stables autour de 350.000): il semble que les opérateurs se focalisent sur quelques bons résultats (en prenant bien soin d'occulter les mauvais, qui sont assez nombreux et non pas exceptionnels).

En Espagne, le taux de chômage pulvérise ses records absolus à 27,2% (et 6,2 millions de chômeurs, dont un taux de 57% de sans emploi chez les jeunes).
Le nombre de demandeurs d'emploi pour le mois de mars en France est attendu à 18H: il ressort en hausse à 3.224 millions, pulvérisant le record de 1997. En terme de taux, il s'établit à 10,2% contre 11,3% au plus haut en 1994.

Ce matin, le marché a appris que le PIB du Royaume Uni a rebondi de 0,3% au premier trimestre 2013 par rapport au quatrième de 2012, selon l'estimation préliminaire de l'office national de statistiques.

En ce qui concerne les entreprises, de nombreux chiffres d'affaires et résultats sont ressortis 'quasiment tous sous les attentes en Europe mais les prévisions sont confirmées', indique Aurel BGC.

Sur le plan politique, en Italie, 'le ciel politique se dégage avec la nomination du premier ministre Enrico Letta qui devrait pouvoir former un gouvernement de coalition', souligne pour sa part Barclays Bourse, ajoutant que 'les attentes du marché sont très fortes', en matière d'annonce d'une baisse des taux.

Avec des gains de 5,7% à 83,5 euros, Technip signe la plus forte hausse du CAC après ses résultats de premier trimestre. 'Les prises de commandes demeurent vraiment impressionnantes avec un carnet d'ordres record qui totalise désormais 14,8 milliards d'euros', font remarquer les analystes de SG.
Renault et Peugeot affichent +2 et +3,25%, Lafarge reprend +2,8% et ST-Micro poursuit son rallye (+2,5% à 6,48E). NB: Renault a maintenu ses objectifs pour 2013, d'augmenter ses immatriculations, de dégager une marge opérationnelle de l'automobile positive et de générer un free cash-flow opérationnel de l'automobile positif.

Le classement du SBF-120 est dominé par Areva avec +8,7%, devant Nexity avec +6,9%.

Côté replis, ce sont les 'valeurs sures' qui rechutent: Sanofi cède -2,3%, Danone -1,5%, L'Oréal -1,4% et Air Liquide -1,25%... et BIC, une ancienne 'star' du SBF-120 chute de -6,5% à 79,7E.

S'il a confirmé ses prévisions pour sa branche majoritaire grand public, le groupe BIC a en revanche abaissé celles de sa division Bic APP (12,4% des ventes), dont les résultats trimestriels sont jugés

Cercle Finance