BFM Patrimoine

Paris: soutenu par Sanofi, le Nasdaq par Apple et Facebook.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La (très lente) progression initiale des indices US durant 90 minutes devenu stagnation depuis 17H: +0,18% pour le Dow Jones, +0,25% pour le 'S&P' et le Nasdaq se détache (+0,65%), dopé par les +2% d'Apple et les +2,5% de

(CercleFinance.com) - La (très lente) progression initiale des indices US durant 90 minutes devenu stagnation depuis 17H: +0,18% pour le Dow Jones, +0,25% pour le 'S&P' et le Nasdaq se détache (+0,65%), dopé par les +2% d'Apple et les +2,5% de Facebook (dont la capitalisation flirte avec la barre symbolique des 100Mds$, moyennant un 'modeste' PER de... 180 fois les bénéfices).

La séance fut soporifique à Paris (Londres étant fermé) et s'est conclue par une clôture pratiquement à l'équilibre (-0,06%) dans des volumes inexistant.
Ce fut l'archétype de la séance de 'creux de mois d'août' avec moins de 900 millions d'E échangés à 17H29... mais 200 millions de transactions 'sortis de nulle part' sont venus gonfler (artificiellement) le chiffre d'affaire du jour qui s'établit à 1,08MdsE.

La matinée fut placée sous le signe de la consolidation 'dans le vide'. Vers 14H30, le CAC40 menaçait les 4.040Pts... mais c'était juste avant la publication des chiffres US du jour: ô surprise et ô bonheur, ils furent calamiteux, d'où le rebond immédiat et général des indices boursiers !

Toujours selon la logique tordue en vigueur chaque fois que la FED imprime massivement de l'argent, les mauvaises nouvelles en provenance des US en deviennent immédiatement de bonnes pour les marchés dans un contexte de spéculation sur la date plus ou moins proche d'une éventuelle réduction du 'QE3'.

Une initiative de la FED pourrait être repoussée de plusieurs semaines par le plongeon de -7,3% des commandes de biens durables aux Etats-Unis en juillet.
Les analystes tablaient sur une diminution d'un peu moins de 4%, après une hausse de 3,9% en juin (revu de +4,2% par le Département du Commerce).

Les USA subissent une rechute de 19,4% des commandes d'équipements de transport (après le coup de booster du salon du Bourget) mais l'ensemble des autres secteurs subit également une contraction de 0,6% alors que le marché anticipait une hausse quasiment symétrique.

Ces chiffres contredisent totalement les indications favorables de l'indice ISM manufacturier en juillet (hausse des entrées de commandes)mais confortent les mauvaises stats de l'immobilier vendredi.

Les taux longs -paradoxalement- se détendent à peine (-0,01% à 2,80%) et le Dollar reste ferme autour de 1,33750E (les rapatriements de capitaux de certains pays émergents se poursuivent, le carry-trade s'inverse et les monnaies de la Thaïlandes, de l'Inde, du Brésil plongent).

La seule place un peu active en Europe fut Milan (-2%) alors que la fragile coalition actuelle est menacée par l'éventuel retrait forcé (pour cause de condamnation judiciaire) de la vie politique de Silvio Berlusconi.

Toujours en Europe, 'il est clair que la Grèce va devoir appeler une nouvelle fois ses créanciers internationaux pour une nouvelle aide de 10 milliards d'euros', indique Daniel Gravier, directeur général de XTB France.

'Cette nouvelle aide serait donc un supplément aux 240 milliards déjà engagés par la Commission européenne, la BCE et le FMI depuis 2010 dans le cadre d'un vaste programme de renflouement de la Grèce', ajoute-t-il.

Du côté des valeurs, Sanofi -véritable locomotive du CAC- s'adjuge 2,28% à 76,65E après l'annonce de résultats préliminaires montrant l'efficacité de son vaccin Fluzone pour prévenir la grippe chez les personnes de plus de 65 ans... mais c'est l'ensemble du segment pharmaceutique qui progresse après l'annonce du rachat d'Onyx (fabricant d'un traitement anticancéreux) par Amgen pour un montant de 10,4 milliards de dollars.
Côté replis, les financières lâchaient 1,5% en moyenne, Saint Gobain et Bouygues perdaient -1,25%, Accor -1,45%, ST-Micro -2%... mais sans volumes.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance