BFM Patrimoine

Paris: retour à la case départ, WallStreet stagne au sommet.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Rien à signaler à Wall Street à la mi-zéance: cette séance de mardi s'avère encore moins volatile que celle de lundi et les indices US semblent complètement 'à l'arrêt' depuis l'ouverture (le 'S&P' stagnbe à 5% de

(CercleFinance.com) - Rien à signaler à Wall Street à la mi-zéance: cette séance de mardi s'avère encore moins volatile que celle de lundi et les indices US semblent complètement 'à l'arrêt' depuis l'ouverture (le 'S&P' stagnbe à 5% de son zénith annuel et des sommets de mai 2008).

Le CAC40 reperd l'intégralité du terrain gagné la veille (-0,9% à 3.431Pts après avoir reculé jusque vers 3.421Pts) alors que les autres places européennes consolident en ordre dispersé: Londres (clos la veille) s'effrite de -0,2%, Francfort cède -0,7% et Madrid -1,1% (alors que la Catalogne réclame une partie des fonds de soutien aux régions).

Outre Atlantique, Wall Street semble 'scotché' par la publication de 2 statistiques contradictoires : les prix immobiliers progressent aux Etats Unis, non seulement en séquentiel mais également sur les 12 derniers mois (+2,3%).

Le dernier chiffre paru à 16H constitue une grosse déception puisque la confiance des consommateurs américains s'effondre de 65,4 vers 60,6 au mois d'août (contre 65 attendu), preuve que les cours de bourse ne reflètent ni les anticipations conjoncturelles, ni le ressenti de la population.
Les opérateurs US trouvent là des raisons supplémentaires de limiter leurs initiatives à 48H de la réunion des banquiers centraux à Jackson Hole: à la surprise générale, Mario Draghi décline l'invitation au prétexte d'un emploi du temps surchargé.

Les opérateurs espèrent néanmoins que Ben Bernanke donnera des pistes concernant un éventuel QE3 ou une opération de rachat de créances immobilières (stratégie qui pourrait être confirmé lors de la réunion de la Fed des 12 et 13 septembre).

En Europe, la conjoncture continue de se dégrader, après l'explosion du chômage en France au mois de juillet, les opérateurs ont appris que le PIB de l'Espagne s'est contracté de 0,4% en termes réels, au deuxième trimestre 2012 par rapport aux trois premiers mois de l'année, selon l'Institut national des statistiques (Ine) qui confirme donc son estimation préliminaire.

Avant d'évoquer le comportement des titres les plus 'travaillés', il convient de souligner l'extrême étroitesse des volumes (1,5MdsE échangés) alors qu'il n'y avait même pas l'excuse de l'absence des opérateurs londoniens.

Crédit Agricole s'effrite ce soir de -0,35%: le titre a connu des évolutions contradictoires après l'annonce par le groupe bancaire d'un résultat net part du groupe en baisse au deuxième trimestre du fait d'éléments exceptionnels, mais aussi d'une amélioration de son ratio de solvabilité.

EADS (+0,5) parvient in extremis à finir en territoire positif alors que Philippine Airlines a passé une commande ferme auprès d'Airbus pour 34 A321ceo, 10 A321neo et 10 A330-300 (soit un montant estimé à 7Mds$).

Le CAC40 a été plombé par Saint Gobain, Schneider, Carrefour et Vallourec (-2% en moyenne), Air Liquide (-2,2%), Bouygues (-2,75%).

Bureau Veritas accuse une baisse de 2,6% à 70,15 euros, bien que le groupe de services d'inspection et de certification a dévoilé des résultats en progression sur son premier semestre.

Ipsen s'adjuge 4,95% grâce à 'une belle publication supérieure aux attentes', selon Aurel BGC. Le laboratoire pharmaceutique a de plus relevé son objectif annuel de vente pour la médecine de spécialité.
Pages Jaunes a bondi de +13,4% sur des rachats de découvert et Eurodisney a poursuivi son rallye (+10%) en l'absence de démenti à la rumeur d'un rachat des titres non détenus par la maison-mère.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance