BFM Patrimoine

Paris: repart à l'assaut des sommets, tout prétexte convient

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - (CercleFinance.com) -Rien ne bouge à la mi-journée à Wall Street où les indices US semblent comme figés : le Dow gagne 0,3% à 14.025Pts, le 'S&P' +0,5% à 1.527 (Google teste les 800$), le Nasdaq +0,35% à 3.203, le Do

(CercleFinance.com) - (CercleFinance.com) -Rien ne bouge à la mi-journée à Wall Street où les indices US semblent comme figés : le Dow gagne 0,3% à 14.025Pts, le 'S&P' +0,5% à 1.527 (Google teste les 800$), le Nasdaq +0,35% à 3.203, le Dow Transportation +0,65% à 5.985, nouveau record historique absolu.

Le CAC40 termine en tête du peloton Européen avec un gain de +1,9% (après +2% à 17H29) alors que les indices US ne gagnaient pas plus de 0,33% en moyenne après 2 heures de cotation.

Compte tenu de l'actualité du jour particulièrement mince (à part la publication du ZEW en Allemagne -littéralement montée en épingle- afin de disposer d'une vague excuse pour justifier une hausse que personne n'a vu venir), on ne peut qu'être troublé par un tel scénario archi bullish avec 100% des valeurs du CAC40 en hausse contre à peine 40% à l'ouverture.

Les opérateurs ont fait totalement l'impasse sur des éléments chiffrés très concrets (chute des ventes d'automobiles, abaissement des prévisions de croissance en France, recul de l'indice NAHB aux Etats Unis) pour ne se focaliser que sur un indice 'd'humeur' (le ZEW) complètement subjectif et qui apparaît aussi décorréllé de la réalité économique que les indices boursiers depuis 3 mois.

Le CAC40 qui gagnait déjà +1% au bout de 90 minutes de cotations -malgré une actualité du jour alors inexistante- est parvenu à déborder successivement -et sans jamais consolider ne serais ce que de 5Pts- les 3.710Pts (MM20), les 3.725Pts puis les 3.733 (zénith intraday du 2 janvier) pour tester 3.740 et revenir à seulement 1% de sa meilleure clôture annuelle: le tout avec seulement 2,3MdsE échangés à 17H29... c'est vertigineux !

En ce qui concerne ce fameux 'ZEW' (confiance des milieux d'affaire en Allemagne revenu au plus haut depuis avril 2010), il épouse littéralement la courbe des indices boursiers depuis 3 mois.

Il se positionne sur 'tempête de ciel bleu' alors que l'économie était en décroissance (-0,3%) au 4ème trimestre et que la consommation des ménages s'effondre Outre Rhin depuis 6 semaines (là encore, c'est du concret), de même que la valeur du Yen (ces deux éléments sont totalement ignorés).

Aurel BGC indique comme autre hypothèse justifiant le rebond de +1,75% de l'Euro-Stoxx la faible réaction des taux longs italiens ou espagnols à l'annonce de manifestations de rejet de l'austérité dans ces pays et à des indicateurs économiques très négatifs dans ces pays.

Il y a encore quelques mois, la multiplication des grèves et l'annonce d'une violente contraction du PIB, comme celle constatée au quatrième trimestre, aurait augmenté le risque de défaut des deux pays, et induit une forte hausse de leur taux longs.

'La psychologie sur les marchés a réellement changé depuis l'été dernier', estiment les spécialistes qui pointent néanmoins du doigt de nombreuses sources d'incertitudes, comme les négociations autour du budget américain ou les élections en Italie.

'Mais l'élément clef reste la croissance économique', ajoute Aurel BGC. Or, les investisseurs ont réagi à des résultats d'enquêtes plus qu'à des mesures effective de l'activité.
'Les incertitudes restent donc encore importantes et ne devraient pas être levées avant trois à quatre mois, notamment avec la publication des chiffres du PIB du premier trimestre', prévient le bureau d'études.

Côté mauvaises surprises (sans aucun impact sur la tendance), les immatriculations de voitures neuves ont chuté de 8,7% dans l'Union européenne au mois de janvier, à 885.159 unités, a annoncé mardi l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).
Il s'agit d'un plus bas historique pour un mois de janvier depuis la création de la statistique, en 1990.

Sur le plan des valeurs, Danone progresse de 5,9% à 53,15 euros, après la publication de résultats annuels 'parfaitement conformes aux attentes', les investisseurs se focalisant surtout sur l'annonce d'un nouveau plan d'économies en Europe.
Michelin reprend +3% malgré des ventes automobiles désastreuses (mais nous joue-t'on du 'c'est moins pire que prévu ?), Carrefour s'envole de +4,6% (malgré le tassement des ventes en Europe)

Saft avance de 4,25%, le groupe tablant pour 2013 sur des ventes estimées entre 630 et 650 millions d'euros et un EBITDA estimé entre 102 et 106 millions d'euros.

Seb est également bien orienté, s'adjugeant 4% à 62,38 euros, à la faveur d'un coup de pub inopiné d'Oprah Winfrey. La présentatrice télé américaine a vanté les mérites de la friteuse ActiFry de T-fal, une filiale du fabricant d'électroménager.

Eurofins (+2,1% à 155,7 euros) poursuit sa montée en flèche sur fond d'escroquerie à la viande de cheval. Ses titres ont pris 8% en cinq jours.

Cameleon Software grimpe de 3,15%, après avoir renoué avec les bénéfices en 2012, avec un résultat net positif à hauteur de 0,6 million d'euros, contre une perte de 1,38 million d'euros en 2011.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance